Tanzanie: indignation après un accouchement dans un commissariat

37 total views, 1 views today

Près d’une semaine après qu’une femme ait donné naissance dans un commissariat en Tanzanie, des ONG et défenseurs des droits de l’Homme lèvent la voix pour dénoncer le comportement des policiers, restés sourds aux appels à l’aide de la femme enceinte arrêtée alors qu’elle était en contraction.

Arrêtée du 2 au 3 juin à son domicile, dans le district de Kilombero, en province de Morogoro (est), par la police qui était à la recherche de son mari soupçonné d’avoir acheté un lit volé, Amina Raphael Mbunda, 26 ans, était sur le point d’accoucher.

Selon l’AFp, elle a demandé avec insistance d‘être emmenée à l’hôpital, en vain. Elle a finalement accouché aux petites heures du matin sur la pelouse du commissariat, sans assistance médicale, a ajouté la même source. Le commandement de la police de Morogoro, qui a annoncé l’ouverture d’une enquête, a confirmé les faits, qui ont provoqué une vague d’indignation en Tanzanie la semaine écoulée.

“C’est une honte pour les forces de police”, a soutenu samedi Helen Kijo-Bisimba, secrétaire exécutive du Centre juridique et des droits de l’Homme, principale ONG tanzanienne de défense des droits de l’Homme, dans un tweet.

L’ONG tanzanienne Coalition contre les violences faites aux femmes et aux enfants, s’est également indignée du comportement des policiers qui “ont mis en danger la vie de la mère et de l’enfant et les ont humiliés”. “Cet incident rallonge la liste des cas de personnes victimes d’actes de cruauté et d’humiliation infligés par les forces de police”.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.