Togo: malgré son rôle crucial dans l’élimination de la pauvreté, la mer de plus en plus menacée

65 total views, 1 views today

Les océans couvrent les trois quarts de la surface de la Terre. Plus de trois milliards de personnes dépendent de la biodiversité marine et côtière pour subvenir à leurs besoins. Globalement, la valeur de marché des ressources et industries marines  et côtières est estimée à 3000 milliards de dollars  par an, soit environ 5% du PIB mondial.

Les océans absorbent environ 30% du CO2 produit par les activités anthropiques et atténuent les impacts du réchauffement climatique. La pêche maritime emploie directement ou indirectement plus de 200 millions de personnes dans le monde.

Au Togo en particulier, le domaine maritime est le poumon l’économie à travers son port en eau profonde. En outre, pour des raisons de sécurité et suite à la réforme du secteur maritime devenu très attrayant, le Togo accueille de plus en plus de navires au mouillage chaque jour, auxquels s’ajoutent les navires de servitudes et embarcations de pêches.

La santé de nos océans est primordiale. Malgré son rôle crucial dans l’élimination de la pauvreté, dans la sécurité alimentaire mondiale et le développement économique, nos océans sont de plus en plus menacés, dégradés ou détruits par les activités humaines, réduisant ainsi leur capacité à fournir leur contribution pour subsistance de la population.

Aujourd’hui, les pressions sur l’écosystème côtier et marin ne cessent d’augmenter. Le littoral est de plus en plus peuplé, engendrant une pression insoutenable sur les ressources côtières. Cette tendance devrait se poursuivre compte tenu des prévisions de la croissance démographique mondiale.

Si les opportunités offertes par l’océan est aussi déterminante pour l’homme, l’exploitation et l’usage du milieu marin présentent des risques et des menaces.

« Depuis le début de la révolution industrielle, on assiste à une hausse de plus de 26% de l’acidification des océans. Il faut souligner qu’environ 80% de la pollution marine vient des activités  terrestres. Cette pollution, résultant essentiellement de sources terrestres a atteint aujourd’hui des niveaux alarmants, avec une moyenne de 13000 morceaux de déchets plastiques présents sous chaque kilomètre carré d’océan, soit l’équivalent d’un camion-poubelle de plastique déversé dans les  océans chaque minute », a affirmé le Ministre de l’Environnement André Johnson.

A eux seuls, les déchets plastiques tuent chaque année près d’un million d’oiseaux  de mer, une centaine de milliers de mammifères marins et d’innombrables poissons. Cette situation affecte particulièrement les groupes les plus vulnérables, tels que les communautés les plus pauvres, les peuples autochtones et les communautés côtières fortement dépendantes des ressources marines.

Ces menaces posent un défi majeur à la communauté internationale car si les dispositions ne sont pas prises pour éradiquer, l’on risque malheureusement d’assister à la perturbation de la chaîne logistique internationale, en plus des impacts divers sur le développement socioéconomique à l’échelle mondiale.

Il est donc clair que les stratégies de prévention et réponse à cette problématique interpellent tous les États, individuellement et collectivement.

Au cours de la conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de l’ODD14 tenue à New York du 05 au 09 juin 2017, le Togo s’est engagé à renforcer le contrôle de l’application des normes en matière de pêche et à œuvrer pour la création d’infrastructures portuaires de traitement des effluents et de  déchets d’hydrocarbures conformément à la cible N°1 (ODD-14).

Le Togo s’est engagé dans l’adaptation de son dispositif de prise en charge de toutes les questions liées à la sécurité environnementale, notamment à la lutte contre la pollution, à l’érosion côtière, à la pêche qui menacent les écosystèmes du littoral.

Des actions sont menées dans le sens de la lutte contre ces menaces. Déjà le 8 juin dernier, à l’occasion de la journée mondiale des Océans, dédiée à la communauté Internationale pour le rappeler l’importance des océans et sensibiliser la population sur la conservation et l’exploitation durable des océans, les autorités n’ont managé aucun effort pour appeler les citoyens à une prise de conscience.

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.