CEDEAO: un second mandat de Faure Gnassingbé, une aberration !

396 total views, 4 views today

Alors que l’actuel chef de l’Etat Togolais Faure Essozimna Gnassingbé vient d’achever son mandat d’un an à la tête de la CEDEAO (4 juin 2017-5 juin 2018), la capitale togolaise devrait accueillir un sommet le mois prochain pour élire le prochain président qui prendra les rênes de cette organisation sous régionale.

Depuis lors, des spéculations vont bon train sur les réseaux sociaux selon lesquelles des tractations diplomatiques seraient en cours pour amener le dirigeant Togolais à briguer un second mandat à la tête de la CEDEAO.

Submergé par cette rumeur qui alimente toutes les discussions depuis plusieurs jours, le gouvernement  apporte un « démenti formel » à cette information. Ceci, à travers un communiqué publié ce mardi 12 juin 2018 par sa cellule communication.

Pour la présidence de la République, « aucun diplomate Togolais ne fait des tractations pour le maintien de Faure Essozimna Gnassingbé à la tête de la CEDEAO pour un second mandat d’un an, ce serait synonyme de méconnaître les règles de fonctionnement de la CEDEAO (sic) ».

Par ailleurs, le gouvernement accuse l’opposition togolaise, qui selon lui, rattache cette affaire à la crise sociologique que traverse le pays depuis août 2017.

« Il y a là l’expression probable de désillusion que nourriraient nos chers amis de l’opposition sachant que le changement à la tête de la CEDEAO n’a rien avoir avec nos réalités », peut-on lire dans le document.

Quant à l’actuelle crise qui secoue le pays, le gouvernement togolais tient à informer l’opinion publique que « la solution devra venir des Togolais eux-mêmes avec l’aide de la communauté internationale dont fait partie la CEDEAO ».

 

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.