Le bois camerounais de plus en plus aimé par le Canada

Depuis le début de l’année, les relations entre le Canada et le Cameroun sont encore plus solides que jamais dans le secteur du bois. Le Canada s’intéresse de plus en plus au bois du pays africain qui a été classé déjà en janvier 2018 alors que certains pouvaient penser à autre chose au vu des pays qui sont dans le classement.

Comme ce fut déjà le cas en janvier 2018, le Cameroun est le 2ème exportateur de bois sciés vers le Canada, à la fin du mois d’avril 2018. Le pays africain se place juste derrière les Etats-Unis.

Mais l’une des surprises c’est que le bois camerounais est beaucoup plus sollicité que celui du Brésil. L’information a été révélée par l’Organisation  internationale des bois tropicaux (OIBT), dans sa note de conjoncture de la période allant du 1er au 15 juin 2018.

Plusieurs raisons sont évoquées pour expliquer cet intérêt pour le bois camerounais. A en croire la même source, le Cameroun tient ce rang grâce à l’attrait qu’exercent sur les acheteurs canadiens, certaines variétés camerounaises. Il s’agit notamment de l’acajou et le Sapelli qui sont les deux principales essences que les exploitants forestiers en activité au Cameroun expédient vers le Canada.

L’OIBT précise également que les « importations canadiennes de sciages tropicaux ont augmenté de 10% en avril 2018 ». D’où surement cette place importante du Cameroun parmi les grands. Beaucoup le savent, les économies de certains pays africains sont assez consolidées par l’exportation.

Pour réussir à le faire il faut des produits de qualités, des espèces recherchées à la hauteur des attentes des clients comme dans le cas du bois scié entre le Cameroun et le Canada.

Au-delà du Canada, la Chine reste un gros client du Cameroun dans le secteur du bois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *