Dieuveil Malonga: un as dans la gastronomie africaine !

Dieuveil Malonga veut jouer dans la cour des grands chefs du monde. Ce chef congolais de 25 ans qui a grandi en Allemagne se révèle comme un vrai as dans son domaine. En France et précisément à Marseille où il travaille en tant que sous-chef, il s’est rendu encore plus populaire grâce à un rôle qu’il a joué dans la téléréalité « TopChef ».

C’est au Congo-Brazzaville qu’il a vu le jour. Une vraie passion pour la cuisine que Dieuveil Malonga doit à sa grand-mère, célèbre dans la région. Très vite, il prend ses marques après avoir migré à Cologne à 13 ans.

Il est adopté par une famille allemande qui va sans le savoir être la locomotive de son avenir. Grace à son métissage, le jeune chef va associer ses connaissances de la cuisine africaine à celles occidentale. Une fusion qui fait désormais sa grande force.

A travers cette afro-fusion, il crée une vraie alchimie gustative pour faire sortir les qualités de la cuisine africaine. « Les gens se plaignent toujours que la cuisine africaine n’est pas assez connue, mais ils ne font rien de concret pour en parler à plus de gens », regrette-t-il.

En Allemagne, Dieuveil Malonga découvre un système éducatif qui permet aux étudiants de se spécialiser très tôt. Il décide alors de suivre un cours culinaire de trois ans. « Pendant ce cours, quand mes potes utilisaient des pommes de terre, j’ai toujours trouvé des alternatives. Par exemple, j’utiliserais du manioc, etc.» déclare-t-il.

Avec son expérience de près de dix ans dans l’afro-fusion, ce jeune chef a écrit un livre qui est maintenant utilisé par ses anciens professeurs.

C’est en 2016, qu’il se dévoile à toute la France avec l’émission de téléréalité TopChef à laquelle il a participé. Si ce parcourt à la télévision n’a pas duré, il en a tout de même profité pour s’ajouter assez de ressources.

« J’ai continué à me rendre sur le continent africain. Quand je vais au Rwanda: je me rends auprès d’une famille rwandaise et durant une semaine, je goûte les plats confectionnés par la maman. J’observe les ingrédients qu’elle va chercher au marché. Puis la semaine suivante, j’essaie de rendre gastronomique sa cuisine en veillant à ne modifier aucun goût par rapport à son plat », explique-t-il.

Et sur le continent africain, beaucoup de Chefs voudraient de ses conseils  « Au Kenya, au Nigéria, au Ghana en Afrique francophone, vous avez beaucoup d’établissements qui s’en réfèrent à mon expertise dans la formation des cuisiniers, dans la préparation des menus ou même sur la sélection des plats et de leurs ingrédients».

Malgré toutes ces solicitations, Dieuveil Malonga vise encore loin. Il lance «  Chefs in Africa », une plateforme qui propose les services de différents chefs cuisiniers du continent africain. Et pas question de différence. Tous les pays y sont représentés avec chacun ses habitudes culinaires.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *