Sénégal: 40 personnes mortes par noyade, quand la période de vacances vire au cauchemar à Dakar

Dakar, la capitale sénégalaise est en pleine émoi depuis le début des vacances. Au total quarante personnes sont mortes, noyées dans des plages interdites à la baignade à Dakar.

Ces quarante morts, dont le recensement a commencé à partir du 02 juin dernier, sont pour la plupart des jeunes, dont les corps inanimés ont été retrouvés sur les plages interdites à la baignade dans les banlieues de la capitale du pays.

« Lundi et mardi, ce sont 15 corps sans vie de jeunes âgés de sept à 23 ans qui ont été comptés. C’est inédit. Les sapeurs-pompiers ont eu à sortir 9 fois, on a eu à traiter au total 20 victimes, dont 5 ont été sauvées », a déclaré le lieutenant-colonel Papa Ange Michel Diatta, un responsable de la section secours des sapeurs pompiers à l’AFP.

En ces périodes de vacances scolaires, les jeunes abondent sur les plages fuyant la vague de chaleur qui secoue le pays. Pourtant, bien que la baignade a été prohibée sur de nombreuses plages de Dakar « à cause des turbulences (vagues), des sables mouvants, de la présence de rochers, des difficultés des sapeurs-pompiers à y accéder », la population les fréquentent en dépit de l’interdiction officielle, renseigne le lieutenant.

Pour limiter le nombre de victimes en hausse par rapport aux années précédentes, les autorités appellent à plus de vigilances sur les plages et à respecter les prescriptions ou consignes donnés.

Toutefois, l’on apprend que des maîtres nageurs, des surveillants de baignade et des sapeurs pompiers ont été déployés sur les plages autorisées pour la baignade afin de surveiller les usagers et les secourir en cas d’incident. La prudence est de mise et est vivement recommandée aux amoureux de la nage.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.