Côte d’Ivoire: l’artiste Tiken Jah Fakoly très remonté contre le président Ouattara

La star du reggae ivoirien Tiken Jah Fakoly,  continue d’alimenter les hostilités entre lui et le président Alassane Ouattara. Après s’être érigé contre un troisième mandat du président ivoirien à la tête du pays, l’artiste revient à la charge. Dans un entretien accordé à la presse le 02 août dernier, l’artiste engagé a dénoncé la politique africaine dans son ensemble, notamment la gestion du président Alassane Ouattara.

« Je suis déçu du président Ouattara, il se met en danger et met son pays en danger c’est dommage. Il faut savoir que les ivoiriens sont fatigués, divisés, ils ne sont pas réconciliés. Il faut qu’ils se mettent ensemble pour affronter ces hommes politiques. Il y a trois clans qui sont là et qui ne sont pas capables de se mettre ensemble pour défendre l’intérêt général. La santé, l’éducation, la création d’emplois, etc…L’hôpital devient un mouvoir pour nos mères qui vont accoucher. On peut soutenir Gbagbo comme Alassane, comme Bédié mais dès qu’on touche à tout ce que j’ai cité, c’est une lutte commune’’, a déclaré l’artiste.

Pour lui, la croissance de la Côte d’Ivoire est une évidence qui malheureusement reste réservée à une minorité, le mal de la majorité des pays africains.

« Nous, nous n’avons rien vu, le gars d’Abobo n’a rien vu. On a l’impression que sur les millions d’habitant de la Côte d’Ivoire, il y a mille personnes qui ont pris le gombo. Nous voyons à la télé, nous écoutons à la radio, nous voyons que les choses bougent. Le meilleur métier aujourd’hui en Côte d’Ivoire et en Afrique c’est la politique. Quand tu soutiens le parti au pouvoir, tu reviens le lendemain ou une semaine après avec un véhicule au quartier », a conclu l’artiste.

Très vite relayée sur les réseaux sociaux, sa sortie suscite des commentaires qui ne cessent d’inonder la toile. Ce n’est pas la première fois que l’artiste s’érige contre certains maux, contre la politique d’un président africain ou encore d’un dirigeant de son pays, la Côte d’ivoire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *