Tanzanie : le parti au pouvoir hausse le ton à la suite de critiques américaines

La Tanzanie est un pays « indépendant » et ne saurait « se laisser intimider », a affirmé samedi le parti au pouvoir, réagissant aux critiques américaines selon lesquelles des élections partielles locales le 12 août avaient été entachées de violences et d’irrégularités.

« Nous ne nous laisserons pas intimider, nous ne pouvons pas être intimidés. Même si notre pays est pauvre, nous ne sommes pas prêts à accepter des ingérences dans notre gouvernance, nous continuerons à nous gouverner nous-mêmes », a déclaré samedi Bashiru Ally, secrétaire général du parti au pouvoir, le CCM, lors d’une réunion publique.

Devant la presse jeudi, le secrétaire général avait déjà dit « espérer que les États-Unis d’Amérique et d’autres institutions et pays étrangers respecteront l’indépendance » du pays.

La veille, l’ambassade américaine en Tanzanie avait fait part de la préoccupation des États-Unis face au déroulement des élections partielles du 12 août.

«Violences électorales et irrégularités »

« Des rapports crédibles font état de violences électorales et d’irrégularités, incluant le refus par la Commission nationale électorale d’enregistrer des candidats de l’opposition, l’intimidation par la police de membres de partis d’opposition, des arrestations sans mandat d’arrêt et la suppression des droits de rassemblement et de parole à la veille des élections », avait détaillé l’ambassade dans son communiqué.

Les États-Unis comptent parmi les principaux bailleurs de fonds de la Tanzanie.

Le président tanzanien John Magufuli, dont le mandat entamé fin 2015 est marqué du sceau de l’intransigeance et de l’autoritarisme selon ses détracteurs, a affirmé le mois dernier que le CCM resterait « au pouvoir à jamais ».

Source: jeuneafrique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *