Afrique: vers la fin du paludisme avec des moustiques mâles « génétiquement modifiés »

Les moustiques mâles génétiquement modifiés feront bientôt leur apparition sur le continent africain. Au Burkina Faso, le gouvernement a donné son accord pour que les chercheurs libèrent les moustiques mâles génétiquement modifiés et stériles dans le village de Bana.

Initiative des scientifiques du Burkina Faso, du Mali et de l’Ouganda, l’expérience vise à long terme à éradiquer une espèce spécifique de moustique transmettant le paludisme.

Les équipes des trois pays espèrent libérer un « moustique génétique » distinct si l’expérience de confiance s’avère fructueuse. Cette espèce sera génétiquement modifiée pour porter des mutations du paludisme afin de réduire la population des porteurs de la maladie.

«Nous voyons toutes ces autres pièces aussi importantes, sinon plus importantes que la science elle-même, alignées et exécutées en séquence», a déclaré Philip Welkhoff, directeur contre le paludisme à la Fondation Bill et Melinda Gates, qui a consacré 70 millions $ pour soutenir les équipes de recherche dans les trois pays, rapportent plusieurs sources.

Si l’expérience est une première en Afrique, elle a déjà été expérimentée dans d’autres régions du monde, notamment au Brésil et dans les  îles Caïmans contre la dengue.

En juillet derniet, des scientifiques australiens ont produit environ 20 millions de moustiques, ont infecté les mâles avec la bactérie Wolbachia qui les rendait stériles avant de lancer quelque trois millions de moustiques dans trois villes spécifiques. Une expérience qui s’est avérée concluante.

Principale cause de décès sur le continent africain, malgré les dispositions prises par les gouvernants et le corps médical, le paludisme fait des milliers de victimes par an. Une solution pour éradiquer le mal à la source serait plus qu’une aubaine pour la population.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *