Tanzanie: les faux ongles et les faux cils interdits au parlement

Plus besoin de faux ongles et faux cils dans le parlement tanzanien. Le nouveau règlement est ferme sur la décision. Les députés sont désormais interdits de pénétrer dans l’enceinte du parlement avec des faux ongles et des faux cils.

Le nouveau règlement concerne aussi bien pour les parlementaires que les visiteurs. C’est le président de l’institution, Job Ndugai, qui a officiellement informé ses collègues et le public de la nouvelle donne. Cette interdiction a été imposée suite à une intervention de la ministre-adjointe de la santé. Faustine Ndugulile a en effet exprimé des inquiétudes quant aux dangers des faux ongles et des faux cils sur la santé.

Car pour lui, au vu de l’exposé des dangers sur la santé, les parlementaires devraient servir d’exemple pour le reste de la population. Au delà de ces instruments, les parlementaires ont également interdits le port des robes courtes et des jeans au sein de l’Institution a déclaré Job Ndugai.

Une règle qui n’est pas une blague, en tout cas, le président de l’Assemblée a insisté qu’elle sera respectée dans toute sa rigueur.

Les risques des faux ongles et les faux cils

S’orner d’ongles artificiels n’est pas dénué de risques (allergies, infections, perte de l’ongle naturel…) et il y a quelques précautions à prendre si on tient à s’en faire poser, avertit l’agence des produits de santé.

Tout d’abord, les ongles artificiels sont déconseillés aux femmes enceintes et aux personnes qui doivent se faire opérer car pas compatibles avec un appareil posé au bout du doigt pour mesurer l’oxygène du sang dans ces situations, explique l’agence sanitaire (ANSM) sur son site.

Il est conseillé que les enfants de moins de 16 ans n’en utilisent pas. Car leurs ongles ne sont pas encore à maturité complète.  les personnes dont les ongles sont déjà fragiles ou abîmés doivent également éviter car « le meulage obligatoire va les amincir et les fragiliser davantage » selon l’agence.

A éviter également chez les soignants qui « risquent de transmettre plus facilement une infection bactérienne aux patients » par leur intermédiaire.

Quand l’ongle artificiel est posé au-delà de la limite de l’ongle naturel ou des cuticules, une inflammation locale, une chute de l’ongle naturel, voire éventuellement des paresthésies au bout des doigts (sensibilité anormale de la peau) peuvent survenir.

Autres désagréments possibles « des allergies au gel, à la colle ou à la résine ». Elles se traduisent « par un eczéma autour des ongles (rougeurs avec démangeaisons ou sensations de brûlures) et/ou sur le visage (surtout les paupières) ou par un décollement de l’ongle naturel » insiste l’agence.

Les risques sont nombreux notamment les infections  et en Tanzanie, les parlementaires voudraient encourager les citoyens à adopter les bons réflexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *