Cameroun: tirs à boulets rouges sur un manuel scolaire pour son caractère « déviant »

Depuis son introduction dans le programme pédagogique cette année, un manuel scolaire camerounais de Sciences n’a de cesse de recevoir des critiques acerbes de toutes parts.

Même si son objectif affiché, celui de sensibiliser les collégiens de 5ème sur les pratiques sexuelles interdites ou déviantes, la mise au programme de cet outil didactique suscite colère et indignation.

Figure de l’opposition, candidat à la prochaine élection présidentielle camerounaise d’octobre 2018, l’ancien membre du gouvernement Maurice Kamto est monté au créneau pour dénoncer un « enseignement suspect ».

Dans une publication sur sa page Facebook, ce dernier a ainsi déploré que derrière un « prétexte », se cachait « une volonté d’initiation déguisée de la jeunesse camerounaise aux dérives propres à certaines pratiques sexuelles ouvrant la voie à la dépravation des mœurs ».

Par ailleurs, des associations de défense des consommateurs ont lancé un appel au retrait du manuel, estimant qu’il ne s’agissait pas du « rôle de l’Etat […] d’entraver les constructions identitaires familiales ».

De son côté, Marcellin Vounda Etoa, secrétaire permanent du Conseil national d’agrément des manuels scolaires interrogé par le média marocain Le 360, cité par RT France, se défend : « Le projet pédagogique visait à préparer les enfants à affronter un certain nombre de réalités […] auxquelles ils ne peuvent faire face qu’en sachant que c’est néfaste et interdit par la loi ».

Selon des images apparues sur les réseaux sociaux, le manuel expliciterait deux types de pratiques sexuelles. D’une part, des pratiques illégales comme le viol, la pédophilie, la zoophilie ou encore l’inceste, en y apportant à chaque fois les définitions correspondantes.

D’autre part, dans un chapitre dédié aux « comportements émergents néfastes à la santé de reproduction », l’ouvrage s’applique à décrire des pratiques sexuelles qualifiées de « déviantes », parmi lesquelles sont classées la sodomie, la fellation, le cunnilingus ou encore l’homosexualité.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.