Guerre d’Algérie : La France a torturé mais personne ne sera puni

Le Président français Emmanuel Macron a évoqué jeudi les actes de torture infligés par la France à ses adversaires durant la guerre d’Algérie. Cette annonce qui en réalité est un secret de polichinelle est pourtant saluée dans la presse française comme « un acte historique ».

« Il importe que cette histoire soit connue, qu’elle soit regardée avec courage et lucidité. Il en va de l’apaisement et de la sérénité de ceux qu’elle a meurtris (…) tant en Algérie qu’en France », a déclaré le président français qui a demandé « pardon » à la veuve de l’opposant communiste Maurice Audin enlevé par les militaires français en 1957.

Selon l’historien Pierre Vidal-Naquet, les victimes de la torture organisée par les forces coloniales concerneraient des centaines de milliers d’Algériens. Les auteurs de ces atrocités ne seront jamais inquiétés. Le 31 juillet 1968 la France a voté une loi d’amnistie protégeant ses soldats ayant commis des infractions en lien avec la guerre d’Algérie « Sont amnistiées de plein droit toutes infractions commises en relation avec les événements d’Algérie. Sont réputées commises en relation avec la guerre d’Algérie toutes infractions commises par des militaires servant en Algérie. », précise l’article 1er de la loi.

Avant Macron, Jacques Chirac avait fait reconnaître les massacres de Sétif (1945). Il sera suivi par le président Hollande qui a reconnu la répression de la manifestation d’octobre 1961 à Paris.

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.