Bénin: Parfaite Daagbo, le ‘’dieu’’ de Banamè continue de faire des victimes

Parfaite Daagbo, l’autoproclamée ‘’dieu’’ de Banamè continue par faire des victimes au sein de la population béninoise. Après les rituels qui ont entraîné la mort de plusieurs ‘’daagbovi’’ (le nom donné aux fidèles du dieu parfaite de Banamè) en janvier 2017, les fameux rituels mortels ont refait surface. Le 15 septembre dernier, de nouvelles victimes ont été enregistrées rapporte newsacotonou.

D’après notre source, neuf (09) personnes ont frôlé la mort de justesse dans la journée du samedi. Il serait recommandé aux membres de cette famille résidant à Cotonou-Akpakpa notamment à Tokplegbe, de s’enfermer durant trois jours pour pratiquer un rituel.

Parti de la prédiction de leur ‘’dieu’’ qui déclarait la fin du monde pour ce samedi, ces derniers se seraient donc enfermés depuis vendredi, 14 septembre 2018, précisément dans l’après-midi. Et comme il fallait s’y attendre, le pire allait survenir à nouveau quand un parent rendit visite à la famille le lendemain, soit samedi. Ce dernier n’obtenant aucune réponse après avoir frappé à la porte à plusieurs reprises, a recouru à la force pour défoncer la porte. Les neuf personnes étaient presque sans vie. Il a fallut appelé à la rescousse, les sapeurs-pompiers et policiers qui ont transporté d’urgence les victimes à l’hôpital de zone de Suru-Lere. Les victimes porteraient des talismans et des photos du « dieu » autoproclamée de Banamè.

Bien que le Bénin soit un état laïc, plusieurs voix s’élèvent pour que justice soit faite pour les victimes et mettre fin une bonne fois pour toutes aux agissements de cette ‘’secte’’ qui, en un laps de temps a réussi à enrôler des adeptes de miracles. Réputé proche du pouvoir, le ‘’dieu’’ de Banamè serait tombé dans les mauvaises grâces du président Talon. Il y a peu le président Talon promettait sévir contre les agissements du « dieu esprit saint ». La population espère vivement que cette énième tragédie pousserait les autorités à réagir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *