« La CEDEAO a une responsabilité de réparation envers le peuple togolais », rappelle le député Jean Kissi

Le passage à Lomé les 10 et 11 septembre derniers des émissaires de la CEDEAO dans le cadre de la 1ère réunion du Comité de suivi pour la mise en œuvre des recommandations de l’institution pour une sortie de crise au Togo continue de faire débat. Du côté de la Coalition des 14, les attentes ne sont point comblées à l’issue des deux jours de travaux avec les protagonistes de la crise.

« À l’issue de la rencontre, nous étions dépités, c’est-à-dire que c’était comme de la pagaille et une cacophonie organisée, et on s’est demandé comment une institution sous-régionale aussi élevée et organisée peut nous faire aller et revenir de la sorte. Nous avons eu l’impression qu’ils n’étaient pas préparés avant d’arriver, mais comme l’opinion voulait qu’il fallait que la CEDEAO vienne, ils sont venus sans être prêts pour nous apporter des solutions concrètes. La CEDEAO a une responsabilité majeure dans la question togolaise. Elle a une responsabilité de réparation envers le peuple togolais », a expliqué le Secrétaire général du Comité d’Action pour le Renouveau (parti membre de la Coalition des 14).

Lors des travaux de la première réunion du Comité de suivi, il semble qu’un problème de compréhension s’était posé entre les participants et que la rencontre s’est résumée à un dialogue de sourds. « Nous voulons la mise en œuvre de la feuille de route avec un chronogramme précis. Pas un chronogramme des élections, mais celui de l’application des recommandations », a regretté Jean Kissi.

D’ailleurs, pour se faire entendre, la Coalition des 14 parties de l’opposition a prévu retourner dans les rues.

Source: Togo Top Infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *