E-gouvernement: le Kenya a un soutien de poids

Le Kenya est déterminé à faire un saut significatif dans le monde de l’e-gouvernement. Et pour cela, il va bénéficier des conseils de la référence mondiale. L’Estonie est devenue la vitrine mondiale de l’e-gouvernement va prêter mains fortes au pays africain pour le faire grandir dans le domaine. Les discussions à ce propos ont eu lieu avec le comité sénatorial en charge des technologies de l’information et de la communication.

L’émissaire de l’Estonie a indiqué que son pays est favorable à l’accompagnement du pays dans « la rupture avec le papier dans son administration ».

Basculer dans la dématérialisation des services publics permettra au pays d’Uhuru Kenyatta d’améliorer sa productivité dans plusieurs domaines. Le Kenya cible notamment la santé, l’éducation, les services bancaires, le registre foncier, le système judiciaire, la surveillance, etc.

L’expertise du pays balte

En Estonie, toutes les démarches administratives effectuées par les 1,3 million d’habitants sont dématérialisées. Le système d’e-administration repose actuellement sur une carte d’identité sécurisée qui est dans la poche de 95% des habitants. Elle permet de s’identifier pour accéder à une multitude de prestations, qu’il s’agisse de payer ses impôts, son trajet de bus ou même de voter.

C’est le premier pays à introduire le bulletin électronique en 2005. L’Estonie a permis donc à près d’un tiers des votes effectués de s’effectuer en ligne. Lors des dernières législatives, des citoyens estoniens ont participé depuis 116 pays du monde, dont 80 sans l’ambassade ou consulat pour le vote physique. 98% des ordonnances médicales sont virtuelles.

Selon Kadri Humal Ayal, l’e-gouvernement a permis également à son pays de préserver son couvert forestier de 60%. « L’utilisation de papier signifiait que les arbres étaient coupés. Nous avons progressé dans la technologie afin d’épargner les arbres ».

Le pays s’est engagé depuis bientôt vingt ans dans la numérisation de ses services publics. Dès la fin des années 90, peu après avoir accédé pour la deuxième fois de son histoire à l’indépendance, les Estoniens ont en effet décidé de miser fortement sur les technologies. Une expertise qui permettra au Kenya de passer à un autre cap, d’impulser son développement et soutenir ses populations.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *