Togo: découpage électoral, la C14 dans une contradiction ?

L’on se souvient du 19 août 2017, quand Tikpi Atchadam a mobilisé une partie des Togolais dans la rue. Dès cette date, l’opposition voit autrement les choses et les discours ont changé.

« Le pouvoir Gnassingbé est vomi partout », laissaient entendre les leaders de la coalition. Un an après ces manifestations, la même opposition qui voyait le pouvoir Gnassingbé en débâcle,  à l’approche des élections législatives ressuscite son traditionnel sujet de découpage électoral.

« De quoi ont-ils peur?», se demandait un  responsable du parti Unir. En conférence de presse, début de semaine, les leaders de l’opposition crient un découpage « biaisé ». Pour eux, le découpage est injuste.

« On ne peut pas accepter que dans un pays un député soit élu avec le double ou triple de voix qu’un autre député dans un autre milieu. Ce découpage est inique », dénonce le Président des Force Démocratiques de la République, Me Apévon Dodji lors  de la rencontre avec la presse.

Certains analystes politiques soulèvent un manque de cohérence dans les actions de la coalition. Selon nos indiscrétions, un des membres du comité de suivi de la CEDEAO, a taxé d’ »illogique » cet argument de la coalition.

« Tout porte à croire que l’opposition ne veut pas participer aux élections. Sinon nous ne comprenons plus d’où vient encore ce problème de découpage s’ils disaient à chaque fois que le pouvoir est vomi partout. Si nous voulons les prendre aux mots, pourquoi ne pas aller aux élections pour racler les sièges pour démontrer à l’opinion ce qu’ils avaient avancé? », rapporte notre source.

Rappelons que la même thèse a été soutenue par le Ministre Gilbert Bawara, point focal UNIR au dialogue. Pour l’heure, la CEDEAO en tant qu’organisation, ne s’est pas encore prononcée officiellement sur le sujet.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *