OIF: malgré ses soutiens « envolés », Michaëlle Jean reste déterminée

Michaëlle Jean garde la tête haute. Elle veut aller jusqu’au bout. Pas question de retirer sa candidature, au profit de sa rivale Louise Mushikiwabo, même si la candidate rwandaise a raflé les soutiens de taille: celui de la France et de l’Union africaine, qui seront rejoins à la toute dernière minute par le Canada et le Québec. Et ceci, de la façon la plus spectaculaire.

« Mme Jean est quelqu’un d’extrêmement déterminé », a déclaré Bertin Leblanc, porte-parole de Michaëlle Jean à la veille du sommet qui s’est ouvert ce matin à Erevan (Armenie) avec le discours très attendu du président Français Emmanuel Macron.

« Elle fera une grande déclaration évidemment lors de la cérémonie d’ouverture, qui sera un peu sa déclaration politique sur le sujet. Vendredi matin, elle doit présenter son bilan, son rapport qu’elle fait aux chefs d’Etat et de gouvernement. Donc, elle est assez impatiente de le faire », a ajouté le porte-parole de la secrétaire générale de l’OIF.

Pour ce dernier,  l’objectif c’est aussi de démontrer que ces quatre années ont servi à quelque chose. « Elle s’est beaucoup battue. Mme Jean a beaucoup de convictions. Ce qui fait qu’on a envie que les chefs d’Etat et de gouvernement puissent entendre son bilan, le notent, et prennent une décision à partir de ce qu’on va leur apporter comme bilan. Et aussi, on a envie de pouvoir les entendre sur ce qui a été fait au cours des quatre années », a-t-il ajouté.

Indiscret : pourquoi le Canada a-t-il retiré son soutien ?

Lâchée par son Premier ministre, Michaëlle Jean reste donc candidate. Mais jusqu’à quand ? Mardi soir, la secrétaire générale sortante attendait avec impatience un tête-à-tête avec Justin Trudeau à Erevan.

Ces derniers jours, les pressions de Paris sur Ottawa ont été fortes. Sans doute la France a-t-elle fait miroiter au Canada un siège non permanent au Conseil de sécurité de l’ONU en 2020 ou 2022.

Il se murmure aussi que la France se serait engagée à convaincre l’Arabie saoudite de ne pas solliciter cette année une adhésion à la Francophonie, une éventualité vue d’un très mauvais œil par le Canada.

La voie est en tous cas désormais dégagée pour la Rwandaise Louise Mushikiwabo, qui selon toutes vraissemblance sera désignée par consensus nouvelle secrétaire générale de l’OIF cette semaine.

Le président rwandais Paul Kagame doit s’exprimer à la cérémonie d’ouverture du sommet, ce jeudi 11 octobre. Selon une bonne source, il pourrait prendre la parole en français. Ce serait une première.

RFI

Réagissez sur: africatopforum.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.