Bénin: accusé de trafic de cocaïne, l’opposant Sébastien Ajavon dénonce un « coup monté »

Sébastien Ajavon pensait sans doute en avoir fini avec cette affaire de découverte de 18 kg de cocaïne pure d’une valeur estimée à 9 milliards de francs CFA  dans un conteneur destiné à l’une de ses sociétés. Une affaire qui l’a contraint à une garde à vue prolongée en 2016 avant d’être relaxé au bénéfice du doute et pour absence de preuve.

Mais deux ans plus tard, l’affaire refait surface. L’homme d’affaires beninois et opposant au régime Talon, est de nouveau renvoyé devant la justice. Il est donc convoqué le 04 octobre 2018 à la Cour de répression des infractions économiques et terroristes (CRIET), mise en place fin août, à Porto Novo (sud-est du Bénin).

A en croire Jeune Afrique, il devrait comparaitre pour « trafic de drogue international à haut risque ». Mais, Sébastien Ajavon, qui séjourne en France, a fait savoir qu’il ne s’y rendra pas, compte tenu des « graves irrégularités de la procédure ».

« Sébastien Ajavon a décidé, sur les recommandations de ses conseils, de ne pas comparaître en personne lors de cette audience, compte tenu des graves irrégularités de la procédure et du caractère absurde et mensonger de l’accusation portée contre lui », a déclaré dans un communiqué mercredi l’un de ses avocats parisiens, Eric Dupond-Moretti.

« Il donne en revanche mandat, conformément aux règles de droit, à ses avocats pour dénoncer les atteintes à ses droits et les manquements au procès équitable entachant d’ores et déjà l’entière procédure », poursuit-il.

Reçu ce jeudi matin sur RFI, ce dernier parle d’un « coup monté ». « Les scellés du conteneur ont été brisés en l’absence des responsables de la société ». « Je suis totalement innocent, les faits qui me sont reprochés sont totalement faux », a-t-il fait savoir.

Dans la foulée, le magnat du poulet dénonce un acharnement contre sa personne. « Plus les soutiens du peuple béninois en ma faveur grandissent plus les accusations et procédures se multiplient à mon encontre », a déclaré M Ajavon, qui parle d’une justice embastillée.

A noter que Sébastien Ajavon risque 20 ans de prison.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *