L’éducation, le meilleur contraceptif de la croissance démographique en Afrique

La croissance démographique du continent africain inquiète plusieurs dirigeants, leaders d’opinion et suscite des réflexions. Abordant le thème « Perspectives du développement en Afrique », lors de la 21è édition des « éminents conférenciers » de la Banque africaine de développement (BAD), le nigérian Muhammad Sanusi II propose l’éducation comme ‘’le remède’’ efficace au fléau.

Pour l’Altesse royale, Emir de Kano (Nigeria) et ancien gouverneur de la Banque centrale du Nigeria, il urge de baisser le taux de fécondité de la population africaine. D’après Muhammad Sanusi II, le meilleur contraceptif qu’on pourrait donner aux africains pour maîtriser la croissance démographique en Afrique, est l’éducation.

« Le problème, c’est que si l’on ne fait rien pour maîtriser la démographie en Afrique, cette croissance n’engendrera pas forcément le développement. Le meilleur contraceptif qu’on pourrait donner aux africains, c’est l’éducation, en particulier, des filles », a soutenu Son Altesse Muhammad Sanusi II. Le banquier s’est également penché sur l’extrémisme religieux, qui fait rage dans son pays le Nigéria, qu’il considère comme l’un des fruits de la pauvreté. Pour lui-même la polygamie doit être revue, on doit « établir des règles pour qu’un homme ne prenne pas plus d’une femme s’il n’a pas les moyens financiers ».

L’Emir de Kano a invité la BAD a plus investir dans l’éducation au détriment des infrastructures pour un développement effectif du continent. « Quels sont les avantages d’une croissance économique de 7% si vous avez des millions d’enfants déscolarisés ? », s’est interrogé l’ancien gouverneur, indiquant que l’Afrique court un «risque existentiel important si nous continuons sur cette voie».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *