Etats-Unis: de nouvelles restrictions sur les demandes d’asile pour les clandestins

L’administration Trump veut poser de nouvelles restrictions sur les conditions de demandes d’asile aux Etats-Unis. Les migrants n’étant pas arrivés sur le territoire américain via un point d’entrée officiel ne pourront pas déposer de demande d’asile. Ainsi en a décidé le gouvernement américain. 

Une bataille judiciaire se profile donc à l’horizon autour de la politique anti-immigration de Donald Trump dans la mesure où plusieurs organisations de défense s’insurgent contre le légalité de cette restriction.

« La loi américaine autorise spécifiquement les individus à demander l’asile, qu’ils soient arrivés ou non à travers un point d’entrée », a déclaré, dans un communiqué, Omar Jadwat, responsable de la puissante organisation de défense des libertés civiques ACLU . « Il est illégal de contourner ce principe, via une agence ou un décret », a-t-il estimé.

Jusqu’ici, renseigne le site internet de RFI, la loi américaine autorise tout clandestin à déposer une demande d’asile politique aux Etats Unis, qu’il y soit entré par un poste de douane officiel ou après avoir traversé illégalement la frontière. C’est cette loi de 1975 que Donald Trump veut modifier.

Selon son administration, souligne la même source, « ces 5 dernières années les demandes d’asile ont augmenté de 2 000% ». « Seules 10% sont acceptées et 700 000 cas seraient actuellement en attente. Selon le ministère de la Sécurité intérieure, l’objectif de cette réforme serait donc de désengorger des tribunaux saturés ».

Pour Washington aucun doute, la loi autorise le président à restreindre l’entrée d’étrangers aux Etats-Unis si la sécurité nationale est menacée.

« Notre système d’asile croule sous un trop grand nombre de demandes injustifiées d’asile émanant d’étrangers, ce qui pèse de façon démesurée sur nos moyens, nous empêchant de pouvoir accorder rapidement l’asile à ceux qui le méritent vraiment », a justifié le ministère américain de la Sécurité intérieure, comme rapporté par 20 Minutes.

La semaine dernière, faut-il le rappeler, lors d’une déclaration consacrée à l’immigration peu avant les élections de mi-mandat, le président Trump avait annoncé qu’il signerait un décret sur le sujet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *