Présidentielle en RDC: sept opposants à Genève pour une candidature unique !

Quatre jours, voilà la durée du visa accordé à sept principaux leaders de l’opposition congolaise qui séjournent depuis ce matin à Genève en Suisse. Ces derniers devraient se mettre d’accord sur le choix du candidat unique qui affrontera Emmanuel Ramazani Shadary, candidat de la coalition au pouvoir.

Dans la foulée, l’opposition exige que la candidature du dauphin de Joseph Kabila, soit retirée de la course pour « utilisation à des fins de propagande des biens, des finances et du personnel de l’Etat ».

A en croire RFI, l’ancien vice-président, Jean-Pierre Bemba, l’ex-gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, l’ancien Premier ministre, Adolphe Muzito, tous trois exclus de la course à la présidentielle, sont présents.

Tous ceux dont la candidature a été acceptée : Felix Tshisekedi, Vital Kamerhe, Martin Fayulu et Freddy Matungulu, prennent également part à cette réunion cruciale, souligne la même source, qui ajoute que c’est la fondation Kofi-Annan qui a accepté de faciliter la rencontre.

A noter que les récentes déclarations des opposants au régime Kabila laissent planer un doute sur leur capacité à s’entendre. Car une candidature commune suppose un partage des responsabilités entre les sept, pour la campagne, comme pour l’après-élections.

« C’est un ticket à sept », assure tout de même le candidat Martin Fayulu. Christophe Lutundula, l’un des lieutenants de Moïse Katumbi,rencherit : « nous sommes devant un enjeu majeur, nous cristallisons les espoirs de bon nombre de nos compatriotes qui ne nous pardonneront pas d’échouer ».

Ces derniers jours, renseigne la même source, les observateurs craignaient que la rencontre tourne à un pour ou contre Felix Tshisekedi, qui a repris l’UDPS depuis la mort de son père, ce dernier cristallisant les animosités pour avoir laissé son parti dire qu’il était prêt à aller aux élections « avec ou sans la machine à voter ».

Pour mémoire, en 2011, l’opposition avait échoué à s’unir autour de la candidature d’Etienne Tshisekedi, l’opposant historique, ce qui avait provoqué une dispersion des voix.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *