Remaniement gouvernemental au Tchad

Au Tchad, le président Deby a procédé à un nouveau remaniement ministériel. C’est le troisième depuis l’instauration de la IVe République qui a fait de lui le chef du gouvernement le 4 mai 2018. Avec trois départs et deux entrées, ce nouveau gouvernement est marqué par le remplacement de Ahmat Mahamat Bachir au ministère de la Sécurité publique. Si la majorité salue les nouvelles nominations, l’opposition parle d’un non-événement.

A peine nommés, les nouveaux membres du gouvernement ont prêté serment, conformément aux dispositions de la Constitution de la IVe République.

Avec deux entrées et trois départs pour les ministres, le nouveau gouvernement a été « simplement réajusté », selon les termes d’un cadre du MPS, le parti au pouvoir. Il explique que la nomination de Mahamat Abali Salah, ancien gouverneur de la région du Lac et originaire du Tibesti, répond à l’impératif de gérer la crise qui touche actuellement le nord du pays. Il remplace l’un des piliers du régime, Ahmat Mahamat Bachir, affecté au ministère des Mines et du développement industriel, commercial et de la promotion du secteur privé.

Plus inattendu, c’est le départ Bichara Issa Djadallah. Après deux années passées au ministère de la Défense, ce cacique du MPS et ancien directeur du cabinet civil du président est remplacé par Daoud Yaya Brahim, alors ambassadeur tchadien en Centrafrique.

Pour l’opposition, ce remaniement n’est pas une surprise. Il démontre l’incapacité du pouvoir à proposer « une gouvernance stable », d’après Saleh Kebzabo. Comment peut-on réaliser un programme alors qu’il y a eu trois remaniements en sept mois, s’interroge le président de l’Union nationale pour le développement et le renouveau (UNDR).

RFI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *