Togo: la C14 s’étonne de l’attitude de la Cedeao

A travers un communiqué publié vendredi dernier, la Cedeao a confirmé la tenue des élections législatives au Togo fixées au 20 décembre prochain. Par ailleurs, elle a invité le gouvernement à examiner une prorogation exceptionnelle de l’opération de recensement pour une période de trois jours, notamment du 16 au 18 novembre sur toute l’étendue du territoire. 

Les protagonistes de la crise togolaise sont restés silencieux sur les décisions issues de la rencontre de Conakry. Toutefois, entre l’élection de Francis Pédro Amuzun à la CENI, la convocation du corps électoral le 20 décembre et adoption de projet de loi portant modification des articles 59, 60 et 100 de la constitution de 1992, les choses sont allées comme sur une roulette.

A en croire le dernier communiqué de la facilitation sur ladite rencontre, toutes ces actions répondent aux conclusions des récentes discussions.

Tout en maintenant la date du 20 décembre pour les élections, la CEDEAO laisse entendre qu’il prendra toutes les dispositions pour le bon déroulement des législatives.

« La CEDEAO tient à rassurer toutes les parties, qu’en rapport avec les communauté internationale, toutes les dispositions nécessaires à l’élaboration d’un fichier électoral fiable, crédible et à des élections inclusives et transparentes seront prises conformément au mandat qui lui a été confié. A cet effet, l’audit du fichier par d’experts indépendants constitue un gage supplémentaire », mentionne le communiqué.

« Concernant le recensement électoral, la CEDEAO encourage le gouvernement togolais à examiner la possibilité d’une prorogation exceptionnelle des inscriptions sur les listes électorales pour une période maximale de trois (03) jours, pour permettre aux acteurs politiques et aux citoyens qui n’auraient pas pu se faire enrôler de pouvoir le faire sans préjudice de la date du 20 décembre 2018, telle que fixée par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO pour la tenue effective des élections législatives », a poursuivi le communiqué.

Des notes qui surprennent la Coalition des 14 partis de l’opposition. « Nous sommes étonnés de constater qu’il y a un écart entre ce que nous attendions, ce dont nous avons parlé à Conakry et ce qui figure dans ce communiqué qui du reste n’est pas signé », a déclaré la Coordinatrice de la Coalition, Mme Brigitte Adjamagbo-Johnson sur RFI, hier.

A l’en croire, il ne peut y avoir des élections crédibles le 20 décembre prochain. Elle rejette d’ailleurs cette date. « Nous ne connaissons pas de date pour ces élections-là que les Togolais attendent », a-t-elle indiqué.

Quant à la provenance du communiqué, qui a envahi les réseaux sociaux, un membre du gouvernement togolais a confié à Togo Breaking News qu’il s’agit d’un document authentique envoyé aux protagonistes par les facilitateurs.

Garba Lompo, le représentant permanent de la CEDEAO au Togo, contacté par la même rédaction depuis Abidjan, a précisé qu’il s’agit d’un « communiqué authentique des facilitateurs de la CEDEAO ».

« Qui doute de ce communiqué au Togo ? Donc tout ce qu’on fait au Togo est falsifié ? Je certifie en tant que représentant permanent de la CEDEAO au Togo que ce communiqué est authentique et émane des facilitateurs de la CEDEAO sur la situation sociopolitique togolaise… », a-t-il déclaré samedi chez nos confères de Togobreakingnews.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *