« Nahêni »: le batik togolais qui séduit (photos)

Nahêni veut s’imposer comme déclic pour le retour au tissu traditionnelle. Cette marque de vente du batik veut ainsi contribuer à la valorisation de l’artisanat au Togo comme partout sur le continent africain.

Ce sont deux sœurs togolaises qui sont à la base de la création de Nahêni (grandeur d’âme en Akposso, une langue parlée à l’ouest du Togo). Ayoko et Ayélé Gabiam, se sont lancées en 2016. Mais le déclic a eu lieu il y a un an. « Quand ma sœur et moi avions eu l’idée de créer cette marque pour valoriser le pagne batik authentique togolais, le nom qu’elle devrait porter était une évidence. Pour nous c’était important de mettre les femmes au sein de cette aventure », raconte Ayoko Gabiam.

« Nahêni, c’est le prénom de notre grande mère maternelle. Elle était une femme de cœur, mais de très fort caractère. N’ayant eu qu’un seul enfant, elle en a adopté une cinquantaine. C’est grâce à elle que nous sommes aujourd’hui des femmes conscientes de notre valeur et de nos capacités à réaliser nos rêves » ajoute la jeune fille de 27 ans.

Les deux sœurs la conjuguent avec détermination depuis qu’elles ont décidé de lancer leur marque. Après sa création Nahêni a subit des étapes. Un an d’incubation à Innov’up Togo, un incubateur dédié aux femmes et le voilà bien lancé. Les deux responsables se sont entourées d’une équipe de vingt personnes parmi lesquelles on trouve essentiellement de femmes membres de coopératives d’artisans.

Malgré leurs parcours différents, les deux jeunes femmes réussissent à trouver un moyen de faire grandir leur initiative. La plus grande préoccupation, c’est surtout de vulgariser la marque sur le plan local. « Être jeune entrepreneure est un premier défi en soi parce que les gens n’ont pas automatiquement confiance en ce que tu fais. Vous pouvez imaginer qu’en ce jour où nos voisins frontaliers ont pris acte de valoriser leur textile, le Togo est encore à l’étape de découverte. La majorité des Togolais qui nous contactent veulent d’abord savoir ce qu’est le Batik », clarifie pour sa part Ayélé Gabiam.

Le batik togolais est d’une qualité enviable dans la sous-région. « Notre batik diffère dans le processus de fabrication. Nous utilisons des produits bio, des colorants à base d’écorces d’arbre. Le batik togolais dégage une authenticité plus marquée sur les valeurs », explique Ayélé.

Il y a quelques mois, la dernière collection homme et femme de Nahêni a été lancée. Dénommé SEN’KA (visionnaire), elle valorise des motifs et des colories qui décrivent le contraste de mondialisation de la mode et l’importance de valoriser notre héritage artisanal.

Pour le moment, Nahêni vend ses produits en ligne grâce à sa boutique Afrikrea. Les deux entrepreneures misent également sur les réseaux sociaux (Facebook, Instagram, Pinterest, Twitter) et sur du bouche-à-oreille. Le prochain objectif c’est surtout l’ouverture de la première boutique physique au Togo.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *