Mauritanie/Société: des jeunes jugés pour des faits contraire à la morale !

Fait rarissime, où dans un pays musulman, des jeunes sont jugés pour des actes à caractères pornographiques. Pourtant, c’est ce qui s’est passé dernièrement dans ce pays maghrébin qu’est la Mauritanie. Un pays, où la religion est l’Islam, mais dont des jeunes assoiffés sont passés à l’acte, en diffusant des vidéos pornographiques.

D’après les échos, et c’est la première fois dans l’histoire du pays que des jeunes sont  jugés pour des actes à caractère pornographique. En effet, et selon des sources généralement bien fondées, ces jeunes sont au nombre de trois, dont deux filles et un garçon. Des jeunes qui sont donc  accusés  de diffusion de films pornographiques. Le film diffusé il y a de cela quelques mois a fait une colère sur les réseaux sociaux.

Ces jeunes ont comparu, il y’a de cela quelques jours devant  la cour pénale de Kiffa, une région qui se trouve à quelques 600 kilomètres au sud de la capitale mauritanienne Nouakchott. Les trois jeunes sont reconnus par le tribunal en question comme étant coupables. Il faut dire que le scénario a été  largement commenté par  les mauritaniens, n’étant pas  habitué à ces genres de mœurs, vivement réprimés par la loi.

D’après les infos colportées dans la presse mauritanienne, il s’agirait de délinquants sexuels. Le tribunal leur a infligé de lourdes peines et une  sanction  pécuniaire d’un montant total  de 1,6 million d’Ouguiyas, d’où le jeune homme qui avait écopé de sept (07) ans de prison ferme, assortie avec une amende d’un (01) millions d’Ouguiyas.

Quant aux deux jeunes filles incriminées, celle qui est majeure a été condamnée de deux (02) ans  de prison dont six (06) mois ferme. Comme elle devrait s’acquitter de 300.000 Ouguiyas. De son coté, la jeune mineure, elle a été condamnée à six (06) mois de prison avec sursis et une amende de 300.000 Ouguiyas.

Ces peines de prison ferme reste une leçon pour les jeunes et pour tous ceux qui oseraient montrer des vidéos à caractère « pornographique ». Ceci à moins qu’ils le fassent en cachette et dans ce cas, ils ne peuvent échapper à la justice mauritanienne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *