Tunisie/Politique/Plainte contre sa personne: la réaction de Chahed !

Les dernières turbulences que connait la Tunisie ne sont pas faite pour arranger les affaires des tunisiens, où à chaque fois, un fait vient pour casser la dynamique de développement de ce pays dans tous les domaines. Des manifestations de rues contre la désignation d’un ministre, en passant vers la grève enclenchée par l’Union Générale des Travailleurs tunisiens, et en arrivant vers la plainte déposée contre le premier ministre, Youcef Chahed, que ceux qui avaient déposé ladite plainte accuseraient de vouloir concocter un coup d’état.

Rappel des faits : Le secrétaire général de Nidaa Tounes, à savoir Slim Riahi aurait accusé vendredi passé, dans un entretien sur France 24 que le chef du gouvernement de son pays,Youcef Chahed tenterait un coup d’Etat contre le pouvoir. Une accusation grave selon les hommes politiques tunisiens et même en dehors, soit les citoyens, car cela y va de la crédibilité du pouvoir en place. Une accusation qui ne devait rester en l’état mais qu’une réaction est obligatoire pour faire taire les mauvaises langues, mais surtout éviter que d’autres interprétations viennent secouer la vie politique de ce pays.

Sur ce point précis, le premier ministre tunisien n’a pas trop attendu pour répliquer, mais surtout pour répondre à cette accusation contre sa personne. Dans une première réaction donc à cette action de plainte déposée contre sa personne, sur lesquelles il fomenterait un coup d’état, le chef du gouvernement, Youcef Chahed, et selon la presse tunisienne, aurait déclaré samedi, que les gouvernements issus d’une légitimité parlementaire limpide ne cherchent pas à faire des coups d’Etat.

« Existe-t-il un gouvernement doté des pouvoirs les plus étendus dans la constitution, pour envisager un coup d’état? C’est une farce ! », S’interroge-t-il devant les députés de la chambre des représentants du peuple (Parlement). Le premier ministre tunisien dira en outre : « Nous ne serons pas affectés par les propos de certains qui considèrent le retour à la légitimité constitutionnelle et le vote des députés comme un coup d’Etat ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *