Présidentielle en RDC: le gouvernement met Washington en garde

A quelques jours de la tenue du scrutin présidentiel tant controversé en RD Congo, la situation d’insécurité évoquée par l’ambassade des Etats unis n’est pas du goût du gouvernement congolais.

Le 26 novembre, l’ambassade a fermé ses portes en raison d’une « possible menace terroriste » contre sa mission dans le pays d’après la VOA.

Les citoyens américains à Kinshasa sont dores et déjà invités « à maintenir un niveau de vigilance accru et à exercer une bonne connaissance de la situation », « surveiller les médias locaux pour les actualisations.

Très vite, les autorités congolaises taclent Washington de semer la zizanie et de « créer une peur inutile ».

« Vous devez vous méfier des informations émanant de personnes qui souhaitent faire naître une peur et une incertitude inutiles parmi les Congolais quelques jours avant les élections. Maintenant que la tenue de trois élections le 23 décembre 2018 est une certitude, ceux qui n’ont aucun contrôle sur le processus électoral en RDC tentent de distraire les Congolais », a déclaré à l’AFP, Lambert Mende, le porte-parole du gouvernement.

La campagne électorale pour les élections du 23 décembre prochain a débuté le 22 novembre. Ces derniers devraient prendre fin le 21 décembre, deux jours avant le scrutin.

Face à une opposition divisée et peu sûre d’elle, Joseph Kabila et son poulain Emmanuel Ramazani Shadary sont bien lancés dans la course.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *