Tunisie: la visite de Ben Salmane aura divisé les Tunisiens !

La Tunisie, un pays qui depuis la révolution de 2011, ce cesse de donner la meilleure image tant sur le plan régional, que sur le plan continental ou même international. Un pays dont la démocratie a pris une avancée considérable; et rares sont les dirigeants du monde qui peuvent nier cet état de fait.

 Cela dit, la Tunisie est ce pays où on donne la voix au peuple, où on ne badine pas avec la démocratie. Mais des fois, même si on s’évertue à se mettre sur le chemin d’une décision, on risque tout bonnement de ne pas être écoutés. Le cas de la visite du prince héritier saoudien, Ben Salmane Mohamed en est un exemple édifiant de cet état de fait.

Cette visite éclair, puisque le prince héritier avait quitté la Tunisie après une visite de quelques heures qui a suscité une levée de boucliers parmi la société civile et les milieux politiques du pays. Ceci malgré que les autorités locales étaient là pour le recevoir à son arrivée et de le saluer à son départ, puisque le président de la république tunisienne Béji Caïed Essebsi, le chef du gouvernement, Youssef Chahed et plusieurs hauts responsables étaient là.

Si pour l’hôte de la Tunisie, ce derniers aurait estimé que les réunions bilatérales entre les deux pays ont été incarnées par des résultats reflétant les relations fraternelles entre les deux pays et les deux peuples frères, le président tunisien aurait décerné au prince héritier saoudien l’insigne de l’ordre de la république et a organisé un dîner officiel en son honneur et celui de la délégation l’accompagnant.

Cette visite n’a pas tenu longtemps, et ce pour la simple raison qu’elle avait provoqué une grande polémique dans les milieux de la société civile et politique en Tunisie. Ceux qui avaient appelé à annuler cette visite étaient fort nombreux, et sont des citoyens tunisiens avant tout. On citera le syndicat national des journalistes tunisiens, dont on dit qu’elle avait accusé prince héritier de venir pour lustrer son image après le scandale du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat d’Istanbul le 2 Août dernier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *