Crise au Togo: Aminata Kamara tire la sonnette d’alarme et appelle au report des législatives

Dans une interview accordée à la BBC, Aminata Kamara Toungara, vice-présidente du Parlement de la CEDEAO,  prévient les autorités togolaises sur les conséquences qui peuvent découler de l’organisation précipitée des élections législatives le 20 décembre.

Aminata Kamara Toungara, vice-présidente du Parlement de la CEDEAO et députée ivoirienne, fait la une de l’actualité ce dimanche. Reçue sur la BBC, elle est revenue sur la crise que connait le Togo depuis des mois, et dénonce l’entêtement du gouvernement à aller aux élections.

« Le Togo est un petit pays de la sous-région. S’il s’embrase, le Ghana, le Bénin, la Côte prendront un coup… », s’alarme la députée ivoirienne.

Tout en se disant surprise par la fermeté de l’opposition togolaise, elle estime qu’il n’y a aucun intérêt  à vouloir précipiter les choses.

« On n’a jamais pensé que l’opposition allait avoir une position aussi radicale. On s’est dit qu’ils ont discuté et qu’ils allaient prendre ce qui leur revient comme place. Il ne faut pas précipiter les élections. Moi, je pense en âme et conscience qu’il faut attendre… Je discuterai avec le président de la Commission de la CEDEAO pour attirer son attention sur la gravité de la situation togolaise », précise-t-elle.

Aminata Kamara en appelle à la CEDEAO !

La députée du parti d’Alassane Ouattara appelle les chefs d’États de la CEDEAO à parler sérieusement avec leur homologue togolais sur cette question qui assombrit le pays. Pour Aminata Kamara Toungara, mars-avril est la période la plus indiquée pour les élections au Togo.

« Je souhaite que les chefs d’État puissent se retrouver et qu’ils disent au président de mettre balle à terre, et qu’on reporte la date de ces élections », exhorte-t-elle.

Par Dermane Nour

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *