Tunisie/Beji Caid Essebsi: « Je ne tolérerai aucune menace de quiconque contre ma personne »

Que se passe-t-il en Tunisie ? Il parait que la crise politique vient se joindre à celle dite « Economique ». Tout porte à croire que les prochaines journées seront décisives et apporteraient leurs lots de surprises. D’ailleurs, il n’y a qu’à voir les dernières turbulences qu’a connu ce pays, avec certains noms de ministres avancés par le chef du gouvernement et dont le remaniement ministériel qui a dû passer par l’assemblée des représentants du peuple, sans oublier la plainte déposée contre le chef du gouvernement, rapportée par la presse tunisienne, pour s’en apercevoir qu’il y’aurait bel et bien une crise politique dans ce pays.

Dernièrement, vers la fin du mois de Novembre passé, le conseil de la sécurité nationale s’est réuni sous la présidence du président tunisien, Beji Caid Essebsi. Ce dernier ayant pris la parole avait déclaré d’emblée que certains ne sont pas au courant du vrai statut et les vraies prérogatives de ce conseil. Ces gens-là auraient peur que le conseil de sécurité nationale remplace le gouvernement ou l’appareil judiciaire.

Le président tunisien déclare en outre que ce conseil peut tout se permettre, tout en examinant ses dossiers de façon objective, tout en avouant qu’il ne peut refuser une demande de rencontre de quiconque partie. A l’image de celle qui a eu lieu avec le collectif de défense des martyrs Belaïd et Brahmi. Le président dira qu’il n’a pas le droit de les empêcher de dire ce qu’ils sont venus pour dire.

Il parait clairement que ce qui s’est dit entre le président et le collectif en question aurait dérangé Ennahdha au plus haut degré.  Le président tunisien aurait en outre déclaré que ces avocats qui sont venus le voir avaient raison dans ce qu’ils avançaient. « Ils m’ont apporté un gros volume de documents étayant leurs dires. ». Aurait déclaré le président Tunisien.

Le président s’interroge s’il va fermer les yeux. Il dira également : « Pourquoi les gens d’Ennahdha sont-ils si fâchés ? Y’a-t-il secret là-dessus ? Leur appareil secret ? Même lui ne représente plus de secret pour personne. Le monde entier en parle, désormais ! Mais il semble qu’Ennahdha est devenue hors d’elle et a publié tard dans la nuit, un communiqué qui comportait des menaces pour ma personne. Mais, je ne tolérerai pas ça. ».

Le président dira enfin que si ces gens d’Ennahdha croient l’intimider avec leurs manœuvres, ils se trompent, et leurs déclarations de feu ne l’empêcheront pas de dormir la nuit. Il a conclu que ces manœuvres ne marchaient pas avec lui, et les tribunaux se chargeront de cette affaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *