Tunisie/Foot/Club africain: les revenus du coach Ruud Krol pris en charge par la fédération

Dans le football professionnel, il faudrait normalement un cahier de charge à respecter pour passer d’un club « Amateur » à celui dit « Professionnel ». Or dans la plupart des cas, on retrouve des clubs du Maghreb qui ne respectent pas le cahier des charges, en créant des sociétés sportives par actions (SSPA), mais qui déclarent faillites avec le temps.

 Ces cas, on les voit dans la majorité des clubs où aucune base n’est respectée. Des clubs dont les dirigeants ne payent ni les joueurs à temps, ni les entraîneurs, ni même leurs employés dont les directeurs généraux, des directeurs administratifs et financiers, des secrétaires et des garde-matériel.

Pour cela, on retrouve souvent des entraîneurs et des joueurs qui recourent aux chambres de résolutions des litiges de leurs pays respectifs et ce dans le but de demander la paiement de leurs arriérés et par la même occasion avoir gain de cause.

D’ailleurs, l’expérience et des exemples, ce n’est pas ce qui manquent, où des joueurs et des entraîneurs qui restaient impayés pendant de longues périodes recourent même aux Tribunaux arbitrales sportifs (TAS) et des fois à l’instance suprême du football mondial, la CRL de la FIFA, si jamais les organismes sportifs de leurs pays d’origine ne régularisent pas leurs situations.

L’un de ces pays, où on retrouve des clubs entrer dans des crises financières, on retrouve la Tunisie. A cet effet, le cas du coach du club Africain de Tunisie, le néerlandais Ruud Krol est le plus édifiant. A cet effet, le président de la fédération tunisienne de football Wadii Jarii a assuré que son organisme s’engage à payer les revenus de l’entraîneur en question et ce pour aider le Club Africain dans cette crise.

D’après les infos, le club africain devra payer ce coach et ce avant le 09 Décembre, qui est le dernier délai pour l’assainissement de la situation financière du coach en question.  A cet effet, la Fédération Tunisienne de Football enverra une correspondance à la FIFA et toutes les parties concernées par cette affaire, pour les mettre au courant de cette décision et pour éviter au club africain des sanctions dans ce sens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *