Crise au Togo/Père Affognon: « devant Dieu et devant l’histoire, on retiendra que les Évêques ont averti »

Le chien aboie, la caravane passe ! Le père Pierre Marie-Charnel Affognon, en dépit des acharnements contre sa personne, ne cesse de dire haut et fort, ce qu’il juge nécessaire pour une sortie de crise au Togo. Le Coordonnateur des Forces vives « Espérance pour le Togo », dans une émission sur une radio confessionnelle de la place, a réitéré sa position face à la situation politique délétère dans le pays. Il prévient une fois encore les acteurs sur les risques qui planent sur le pays. 

« La tension ne cesse de monter et nous redoutons le pire si rien n’est fait à temps pour désamorcer la situation et apaiser le climat », a prévenu les évêques du Togo. Le père Affognon, pour sa part soutient qu’il n’est plus question de doute. “(…) Nous pourrons aller vers le pire“ s’est-il alarmé à quelques heures du début des campagnes électorales.

Les évènements de ces derniers jours en  sont d’ailleurs des preuves palpables: “Aucun Togolais ne peut démentir cela et je mets au défi quiconque parce que la tension ne cesse de monter en lien avec la date des élections législatives convoquée par le gouvernement qui se rapproche“, a-t-il lancé.

Afin d’éviter le pire, le premier porte-parole du mouvement les Forces vives « Espérance pour le Togo », rappelle les acteurs politiques à écouter et prendre en compte le message des évêques du Togo. “C’est important de les écouter et si nous refusons de les écouter, devant Dieu et devant l’histoire, on retiendra que les Évêques ont averti et ça ils l’ont souvent fait mais notre drame au Togo, c’est que nous ne les écoutons pas“ a-t-il affirmé.

L’homme de Dieu a saisi l’occasion pour rappeler que “l’appel des Évêques doit être écouté par tout togolais et chaque acteur politique et de façon spécial, le gouvernement parce que le niveau de responsabilité est engagé“.

A toutes les parties prenantes, les prélats envoient un message clair: “Ce dont le Togo a fondamentalement besoin, c’est un changement profond dans la manière de gouverner et de faire la politique car, quel que soit celui qui sera à la tête de notre nation, si le système ne change pas, les problèmes, à coup sûr, ne connaitront pas de répit“.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *