Rose Ossouka Raponda: première femme à la tête de CGLU Afrique

Rose Christiane Ossouka Raponda marque son parcours. Le 23 novembre dernier, cette gabonaise a été élue à Marrakech comme présidente de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique )​.

L’élection a eu lieu lors du 8e sommet « Africités », le plus grand rassemblement panafricain des villes et collectivités territoriales. Celle qui occupe actuellement le poste de maire de Libreville au Gabon, a donc été plébiscitée pour un mandat de trois ans à la tête de Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique )​.

Il s’agit de l’organisation faîtière des gouvernements locaux africains. Elle a été fondée en 2005 dans la ville la ville de Tshwane en Afrique du Sud. Une importante charge pour cette femme habituée aux hautes responsabilités

Dans son pays, Rose Christiane Ossouka Raponda a marqué l’opinion publique en 2014. D’abord lors des élections municipales de cette année, elle est élue est conseillère dans le troisième arrondissement de Libreville. Les choses vont aller rapidement dans son parcours puisque la même année, elle devient la maire de la capitale gabonaise pour le compte du parti démocratique gabonais (PDG).

Spécialiste en finances publiques, elle est titulaire d’un diplôme en économie, option finances publiques de l’institut gabonais de l’économie et des finances.

Rose Christiane Ossouka Raponda a été directrice générale de l’économie et directrice générale adjointe de la Banque de l’habitat du Gabon. Elle a aussi fait partie du gouvernement gabonais. En février 2012, elle est nommée ministre du budget, des comptes publics et de la fonction publique au sein du gouvernement dirigé par l’ancien Premier ministre gabonais Raymond Ndong Sima.

Désormais elle devra donc coordonner les activités des gouvernements locaux africains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *