Togo: comment Dama Dramani a failli se faire voler 30 millions de F CFA

Il était à deux doigts de tomber dans le panneau. Le président de l’Assemblée nationale togolaise a quand même réussi à mettre en déroute deux individus malintentionnés, qui croupissent actuellement à la prison civile de Lomé. Deux cybercriminels qui ont essayé d’extorquer la bagatelle de 30 millions de F CFA à Drama Dramani, en piratant son compte Facebook. Les présumés escrocs ont demandé cette somme d’argent pour aider le président de l’Assemblée Nationale du Togo qui se trouvait dans une situation urgente

Voici les faits tels que relatés par nos confères de Telegramme228

Les faits de cette attaque cybercriminelle, puisque c’est bien de cela il s’agit et non d’une autre attaque, remontent à 2015. On lui aurait extorqué 30 000 000 de francs Cfa sans avoir été prudent.

Son compte Facebook avait été piraté et il s’est retrouvé avec trois comptes : un sans photo de profil et les deux autres avec de différentes photos chacun.

« Je me suis demandé comment les gens sont parvenus à telle chose. Ne sachant pas ce que j’allais faire, je me suis adressé à la Police et à un avocat. Mais la Police a dit que cela va être difficile et qu’il faut voir les gens qui sont bien en informatique/ mon avocat lui, il dit de lui laisser le temps or moi j’étais pressé de connaitre ces gens-là. Il a fallu un simple camarade, un jeune qui s’i connait qui lui a proposé une solution », raconte-t-il aux députés.

Il lui a été conseillé de mettre son cuisinier sur Facebook, le placer à ces gens afin qu’il réponde positivement à toutes leurs demandes car selon l’ami ce sont des gens qui demandent souvent de l’argent. Cela s’est avéré en un laps de temps.

Les présumés escrocs ont demandé 30 millions pour aider le président de l’Assemblée Nationale du Togo qui se trouvait en une situation urgente. Ils ont donné leur numéro de téléphone et ont voulu que les sous leur soient transférés par Western Union, sachant qu’ils peuvent aller même retirer ailleurs dans autre pas que celui dans lequel ils vivent afin de ne pas laisser de traces.

Compte-rendu a été fait au président de l’Assemblée Nationale en personne et il se réfère encore à son ami qui lui suggère un moyen bancaire à imposer aux présumés escrocs. L’ami comptait sur une banque de la place (nous taisons le nom pour ne pas faire publicité) disposant d’un système de transfert fictif.

« Mon cuisinier qui s’est présenté à ces messieurs comme un cadre de banque leur a dit qu’il ne pouvait pas leur faire Western Union en sa qualité de cadre de banque. Qu’il serait bon de passer par la voie bancaire. Les gars ont mis trois jours avant de répondre favorablement », poursuit Dama DRAMANI.

Les sous ont été envoyés à une des filiales de cette banque à Cotonou au Bénin. Les gars ont encore attendu une semaine avant de passer chercher l’argent. Et même quand ils devaient y aller, au lieu d’aller à Cotonou, ils sont partis chercher l’argent à Abomey oubliant que toutes les filiales de cette banque sont interconnectées.

« Et comme-ça, on les a attrapés, ils sont deux. Mon avocat est entré en jeu et je crois qu’ils sont en train de purger leur peine  », a conclu le Président de l’Assemblée Nationale.

  

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *