Togo/Échauffourées du samedi dernier : « la vidéo qui circule a été soumis à un montage », Yark Damehame

Qui a tué les deux personnes tombées lors des récentes manifestations le samedi dernier dans la ville de Lomé ? Il faudrait sans encore plus de temps pour trouver le ou les coupables. Alors qu’une vidéo diffusée massivement sur les réseaux sociaux semblait incriminer le chef d’Etat-major général des FAT, le général Felix  Kadanga , le ministre de la sécurité a donné  tort à ceux qui le pensent . Yark Damehame a donné sa version des faits sur l’incident sur les plateaux de la télévision nationale togolaise ce lundi.

Oui c’était bel et bien le général Katanga qui était présent sur le terrain, mais il n’a tué personne, c’est en substance ce qu’on peut retenir de la sortie du ministre de la sécurité.

Félix Kadanga, était effectivement l’un des occupants de la double cabine présent sur les lieux de manifestation le samedi dernier.

Cependant, affirme le ministre de la sécurité, il ne faut pas tirer des conclusions erronées. La présence du  général Felix Kadanga sur le terrain avait un but bien précis : voir l’efficacité du dispositif de sécurité.

«Effectivement, le chef d’Etat-major général, comme à l’accoutumée, lorsqu’il y a un dispositif de sécurité sur le terrain, il sort pour vérifier l’efficacité. Quand il a évolué, il est tombé sur la barricade. Le véhicule a manœuvré pour faire marche-arrière. C’est au moment de la manœuvre qu’il a aperçu que l’escorte qui était derrière avait sorti l’arme sans en faire usage. Il lui a intimé l’ordre de ranger l’arme et ils ont rebroussé chemin », a lancé le ministre.

Pour Yark Damehame , la vidéo dans laquelle on voyait le chef d’Etat-major général  ne montre pas fidèlement les faits.  « C’est une vidéo travaillée. On a une musique de fond qui annonce un film. Les fans des cinémas en savent quelque chose. Il y aussi un bruit semblant à celui d’un hélicoptère et un monsieur qui cite le nom du chef d’Etat-major général dans ce brouhaha », a-t-il lancé en précisant :

« C’est 2 faits distincts qui n’ont rien à voir l’un avec l’autre. Un véhicule 4X4 de couleur noir sans immatriculation où par après on a eu 2 corps et la sortie du chef d’Etat-major pour vérifier l’efficacité du dispositif sur le terrain ».

Pour étayer ses affirmations, le ministre de la sécurité prend à témoin , les corps des victimes abattues qui, selon lui, portent l’impact de billes et non de balles .

« Les constatations sur le terrain ont révélé que l’une des personnes décédées samedi portait un orifice au niveau de l’œil et il n’y avait pas de sortie. Le second corps ne présentait aucune trace de balle mais à l’hôpital, après la radiologie, on a découvert que le second corps également portait un point d’entrée. L’analyse a prouvé que pour ces 2 corps, c’était des billes provenant des calibres utilisés aussi bien par les chasseurs que nos compatriotes », a-t-il soutenu.

Yark Damehame a rappelé que les enquêtes se poursuivirent pour découvrir les « vrais » criminels .

Source: Togo Top Infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *