Élections en RDC: Kabila refuse tout appui logistique et financier de la communauté internationale

La RDC est un pays souverain. Et elle compte le rester. Voilà le message de Kinshasa à ses partenaires occidentaux et  aux Etats Unis, présentes sur place depuis vingt ans. Un message lancé dans le cadre des élections en République démocratique du Congo prévues le 23 décembre. En d’autres termes, le pouvoir congolais refuse toute mission d’observation électorale venue des Etats-Unis ou de l’Union européenne (UE). Seuls quelque centaines d’observateurs africains sont annoncés pour observer le déroulement du vote dans 80 000 bureaux de vote ouverts aux 40 millions d’électeurs enregistrés.

Au nom de sa « souveraineté nationale », Kinshasa refuse toute aide logistique et financière de la communauté internationale et toute mission d’observation électorale venue de l’Occident.

Le pouvoir congolais affirme pouvoir se passer des avions et des hélicoptères de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) pour transporter le matériel électoral aux quatre coins d’un pays-continent (2,3 millions de km2, neuf frontières) qui ne possède que 3400 kilomètres de réseau routier asphalté.

« Tout simplement parce que nous ne sommes pas des mendiants. Le Congo, certes, a des problèmes, mais c’est aussi un pays d’hommes et de femmes dignes », a déclaré le président Joseph Kabila au quotidien belge Le Soir, rapporte Jeune Afrique.

A noter que la décision intervient au moment où le candidat d’opposition Martin Fayulu a cette semaine, multiplié les appels à la « communauté internationale » après les tirs à balles réelles autour de ses déplacements électoraux qui ont fait au moins quatre morts selon plusieurs sources.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *