Miss Cameroun: le concours de beauté désormais organisé par le gouvernement, la principale raison !

Face à maints scandales dans l’élection de la plus belle fille du Cameroun, le gouvernement reprend les rennes du concours. Dans un communiqué rendu public le 20 décembre dernier, le ministre des Arts et de la Culture (Minac) a assuré redorer l’image du concours, de la beauté et par ricochet de la culture camerounaise.

« Le concept Miss Cameroun sur lequel l’Etat du Cameroun a un droit de préemption, ne saurait faire l’objet d’une appropriation collective. Dans ce contexte, le ministre informe le public qu’il désavoue toute initiative relative à l’organisation par une quelconque association privée de l’élection Miss Cameroun sous tel ou tel habillage dénominatif. Les nouvelles modalités d’organisation de cet important événement culturel, en étude, seront communiquées en temps opportun au public », indique le communiqué du Minac lu jeudi sur la radio publique comme rapporté par le journal du Cameroun.

Cette sortie intervient juste après que le comité de l’évènement (le Comica) ait officiellement ouvert la nouvelle édition du concours en novembre sur le thème : « La beauté au service du sport et de la paix ». Les grosses surprises prévues pour cette édition devraient restées dans le tiroir.

Initié depuis 2002, le Comica notamment Ingrid Amougou, la promotrice a été accusée ces dernières années de « proxénétisme » par des participantes. La dernière affaire en date est celle de l’élection de 2018 où une candidate, Caroline Biloa Kounou, a porté plainte contre la COMICA pour fraude et tricherie dans les résultats. Cette plainte a amené la cour à suspendre le mandat de Caroline Aimée Nseke, la reine élue.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *