Guinée: la polygamie désormais autorisée

Les hommes peuvent désormais prendre autant de femmes que possibles sans risquer de se faire sanctionner. La polygamie est désormais légalement autorisée en Guinée. C’est l’une des conséquences de l’adoption récente du code civil par le parlement guinéen.

Le nouveau code civil vient d’ouvrir les vannes. Si dans les familles encrées dans la tradition la pratique était déjà en vogue depuis des lustres, légalement la polygamie était encore interdite. Jusque-là les couples polygames étaient résolus à vivre dans l’illégalité la plus absolue. Mais désormais les choses changent, grâce aux parlementaires.

Selon le nouveau code civil, la polygamie qui était jusque-là interdite en Guinée est désormais légalisée.  Sur les 113 députés inscrits, 57 ont répondu présent lors de l’examen de ce nouveau texte de loi qui comprend environ 1600 articles. Sur les 57, 37 ont voté pour.

Un homme ne sont plus dans le viseur de la loi. La pratique était devenue de plus en plus répandue dans le pays surtout au cours des cérémonies religieuse. Les parlementaires voulaient ainsi légaliser ce qui était déjà répandue et encrée dans les habitudes.

Un recul selon certains

Si certains hommes peuvent se réjouir de cette décision, les femmes pour la plupart restent perplexes sur le bien-fondé de ce changement. Certains députés, surtout les femmes ont estimé que l’adoption de ce texte ramène le pays en arrière sur la question. Le cas par exemple de la député de la majorité , Nanfadima Magassouba qui a estimé que la légalisation de la polygamie est un « recul ».

« Les femmes ont leur mot à dire. Mais ce que nous craignons ici, c’est que la famille n’influence. On se dit que oui, la famille peut influencer. Et donc, c’est pour cela que nous ne voulons pas revenir sur ces acquis-là » a-t-elle déclaré aux médias locaux.

Des avancées significatives

Au-delà de cet aspect, les femmes ont de véritables motifs de satisfactions dans ce nouveau code. Il s’agit notamment de l’autorité parentale.

« L’autorité parentale est reconnue aux deux parents, sans oublier la question de la profession, détaille-t-il. Dans ce nouveau Code civil révisé, la femme peut choisir sa profession, sans pour autant, en amont, avoir l’autorisation de son mari » se réjouitIbrahima Diallo, président de l’ONG Protégeons les droits humains.

L’autre avancée concernent les droits des enfants, notamment la possibilité pour les enfants nés hors mariage de percevoir un héritage.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *