Mohamad Izzat Khatab le sulfureux bienfaiteur

Selon nos informations, le riche Syrien qui aime afficher ses liens avec les puissants est impliqué dans des escroqueries. Le rôle joué par Alexandre Benalla interroge.

C’est un homme prêt à payer très cher pour montrer qu’il est important. Un intrigant à la fortune abondante qui ne mégote pas sur les chausse-trapes pour poser à côté des puissants. Pour faire connaissance avec l’individu, un détour par son compte Instagram s’impose. Un vertigineux panthéon de selfies y est exposé, avec Emmanuel Macron, François Hollande, Edouard Philippe, Bernard Cazeneuve, ou encore le roi du Maroc, Mohammed VI. Mais qui est donc Mohamad Izzat Khatab, mystérieux homme d’affaires syrien de 49 ans, installé à Paris depuis 2002 ?

Libération s’intéresse au personnage depuis plusieurs mois. C’est que le Syrien a été l’un des premiers bienfaiteurs d’Alexandre Benalla, aux prises avec la justice après les révélations par le Monde, en juillet, des violences commises lors des manifestations du 1er Mai. Selon nos informations, l’ex-collaborateur de l’Elysée a séjourné plusieurs semaines dans l’un des appartements d’Izzat Khatab, situé avenue Montaigne, à Paris (VIIIe arrondissement), entre septembre et octobre. Une information démentie par l’entourage de Benalla, qui assure qu’il n’y a passé qu’une seule nuit avec sa femme et son fils.

Escroqueries. L’obsession d’Izzat Khatab a toujours été de tisser un réseau de personnalités le plus haut perchées dans la hiérarchie de l’Etat. Dans sa quête éperdue, le Syrien, toujours escorté par deux ou trois gardes du corps équipés d’oreillettes, s’appuie sur un cercle «d’amis» qu’il a su amadouer, au premier rang desquels figurent Julien Dray et l’imam de Drancy Hassen Chalghoumi – ce dernier a aussi été hébergé par Izzat Khatab en 2015 et 2016 à la suite de nombreuses menaces de mort l’ayant obligé à quitter son domicile de Drancy. Jamais avare de légendes, Izzat Khatab assure être devenu au fil du temps un intime de Hollande, et prétend même avoir (…)

Lire la suite sur Liberation.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *