Togo: un plan d’introduction d’armes par le régime au sein de la population, alerte la C14

« Le régime togolais cherche à faire croire à l’opinion internationale que la coalition détient des armes et est entrain de préparer une rébellion », voilà ce que révèle la C14 dans un communiqué publié le 08 janvier 2019. Selon la coalition, l’exécution de ce plan expliquerait l’incident diplomatique qu’a commis les agents de forces de sécurité togolais en début d’année au Ghana.

Rappelons que le 01 janvier dernier, trois agents des forces de sécurité togolais ont été arrêtés par les populations du village d’Amakou au Ghana et sauvés de justesse par la police de ce pays d’un lynchage systématique. Selon le gouvernement togolais, les agents se sont retrouvés au Ghana voisin faute de la « porosité » des frontières et de l’absence de leur bornage systématique. Aussi, ont-ils ajouté, cet incident est dû du fait que les populations habitants de part et d’autre de la frontière sont les mêmes ethnies et les agents de sécurité ne se sont pas rendus compte qu’ils ont traversé, par méconnaissance, la frontière.

La coalition, dans son communiqué, vient balayer du revers des mains, ces arguments avancés par les autorités togolais.

« L’opération procédait d’une manœuvre du pouvoir dont l’objectif est de faire croire à l’opinion internationale que la coalition détiendrait des caches d’armes, en préparation à une rébellion. Vu l’extrême gravité de ces informations persistantes, la Coalition tient à alerter l’opinion nationale et internationale sur ce projet machiavélique et sordide du régime », a-t-elle soutenu.

« Suite à l’arrestation de trois de ces éléments des forces de sécurité par le Ghana, le gouvernement togolais dans sa déclaration à la télévision nationale (TVT) du 03 janvier 2019, a indiqué que les agents arrêtés se seraient retrouvés sans le savoir sur le territoire ghanéen, ce qui est en totale contradiction avec la déclaration des autorités ghanéennes », a ajouté la C14

Préoccupée de la sécurité des réfugiés togolais au pays voisin, la Coalition des 14 exige que la lumière soit faite sur cette affaire de militaires qui se sont retrouvés au Ghana « sans le savoir ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *