Togo: Pst. Edoh Komi accuse le gouvernement d’être responsable de la répétition des « actes attentatoires » à la dignité humaine

Les récents évènements de 2017 et 2018 ont rappelé au Mouvement Martin Luther King, les engagements pris par le gouvernement relatifs à l’éradication des violences contre la population togolaise mais aussi au respect des droits de l’Homme. Alors que le processus de réconciliation est engagé, les actes de violences et les violations massives des droits de l’homme ont essentiellement marqué les pages de la récente crise sociopolitique togolaise. Qu’en est-t-il des engagements de l’État au Livre Blanc visant à bâtir une République, à protéger et garantir les droits des citoyens ? S’interroge le mouvement du pasteur Edoh Komi, dans une déclaration publiée le 8 janvier 2019. 

MMLK/ OÙ SE TROUVE LE LIVRE BLANC DU GOUVERNEMENT TOGOLAIS SUR LES RECOMMANDATIONS DE LA COMMISSION VÉRITÉ JUSTICE ET RÉCONCILIATION (CVJR)?

C’est avec indignation et consternation que le Mouvement Martin Luther King se rend compte que malgré les recommandations de la CVJR et l’engagement du gouvernement Togolais de les mettre en œuvre à travers un LIVRE BLANC, le peuple Togolais a renoué ces deux dernières années avec les actes de violences, les réflexes identitaires et ethniques et les mentalités régionalistes, les violations massives des droits de l’homme qui nous ont toujours divisés. 

Après avoir revisité les recommandations de la CVJR et le livre blanc du gouvernement, il est sans doute évident que le Togo aurait réussi sa transformation politique, sociale, économique et culturelle à travers le processus de réconciliation si l’Etat Togolais et les acteurs politiques avaient manifesté la bonne volonté et la bonne foi. Or, la mise en œuvre des recommandations de la CVJR devrait permettre au Togo de construire un État de droit capable de mettre fin à l’impunité, de garantir la sécurité des personnes et des biens et de conduire une refondation sociale porteuse de démocratie et de paix.

Contre tout attente, le gouvernement Togolais a failli à son obligation de prévenir et d’empêcher la répétition de ces actes attentatoires à la dignité humaine éloignant ainsi le peuple des valeurs fondamentales de tolérance, de respect mutuel et de volonté pacifique de vivre ensemble dans la concorde et la paix.

Pourquoi depuis la remise solennelle au chef de l’État le 3 avril 2012, le rapport final des travaux de la CVJR avec l’adoption des 68 recommandations jusqu’au livre BLANC en 2014, le processus de réconciliation reste et demeure une illusion ? Pourquoi avoir dépensé tant de milliards de francs pour se retrouver davantage dans un pays déchiré et méconnaissable ? Que pensent les partenaires financiers et techniques de cette indifférence et de ce mépris vis à vis des recommandations de la CVJR et du livre blanc ? Hormis les réparations matérielles assumées par le Haut-Commissariat à la Réconciliation et au Renforcement de l’unité Nationale (HCRRUN) , où sont les mesures urgentes et symboliques , les réformes politiques ,institutionnelles et sécuritaires ?

Au regard du rebondissement de la crise sociopolitique avec des tensions ces deux dernières années, le MMLK interpelle l’État Togolais à retourner instamment à son engagement au livre Blanc en vue de bâtir une République qui protège et garantit les droits des citoyens.

GOUVERNEMENT TOGOLAIS, LES RECOMMANDATIONS DE LA CVJR ET LE LIVRE BLANC T’INTERPELLENT ! 

Lomé, le 8 janvier 2019 

MMLK/ la voix des sans voix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *