Janvier « enfin » parti, les Togolais retrouvent le sourire !

Enfin ! On peut souffler un peu, a-t-on envie de dire. Cela se lit d’ailleurs sur les visages, qui scintillent après le mois de janvier ordinairement long et financièrement difficile. Premier mois de l’année dans le calendrier grégorien et suivant l’usage actuel, « Janvier » cède finalement sa place à « Février », considéré comme le mois de l’Amour avec la Saint Valentin qui s’annonce avec de belles couleurs, le rouge vif demeure dominant.

Après les folles dépenses de la période des fêtes, poches, porte-feuilles, comptes en banque… sont à sec. Travailleurs du secteur public et du privé, hauts cadres, semblent tous logés à la même enseigne.

Dans la plupart des ménages, l’heure est à la réduction des dépenses: les tables sont moins garnies, tout le monde semble se soumettre à un régime alimentaire moins riche notamment en protéines mais aussi en friandises.

Au Togo, le fameux mois de janvier a semblé encore plus long que d’habitude, ont témoigné plus d’un. Entre crise sociopolitique et manifestations de l’opposition qui frappent de plein fouet l’économie togolaise depuis bientôt deux ans, il parait logique que le panier de la ménagère en souffre énormément.

Dans un micro-trottoir réalisé par notre journaliste Fabrice Sassou , beaucoup de Togolais ont confié d’avoir connu pour le compte de cette année, un mois de janvier beaucoup plus pénible que les précédents.

La loterie – devenue un rempart pour les Togolais – fait également ses caprices en ces temps de crise économique aiguë.

Et parmi ceux qui expriment ouvertement leur joie de voir « janvier » finir et « février » débarquer, c’est bien l’humoriste ivoirien Joël qui manifeste sa grande gaité dans les rues d’Abidjan, dans une vidéo qui devient virale sur les réseaux sociaux.

La bonne nouvelle: les premiers salaires de l’année devraient commencer par tomber à partir de ce 1er février. Ce qui devra injecter naturellement de l’argent dans la masse afin de permettre aux populations de souffler un peu après s’être financièrement asphyxiés durant 31 jours relativement élastiques.

Au revoir Janvier !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *