Afrique: ces cinq présidents qui n’ont jamais mis pieds à l’école !

L’Afrique, dans son histoire, a connu de grands hommes qui ont dirigé leurs pays sans avoir mis pieds à l’école ni obtenu le moindre diplôme universitaire. Ils ont su fédérer à leur manière, les institutions de la République avec tact et d’une main de fer. Incarnant un charisme sans faille, certains d’entre eux sont autrefois considérés comme des demi-dieux.

Voici donc les cinq Chefs d’ États qui n’ont jamais été à l’école, avec nos confrères d’Afric Telegraph

Le président Sud-Africain, Jacob Zuma

Né le 12 avril 1942, est un homme d’État sud-africain, président de la République du 9 mai 2009 au 14 février 2018.

Issu de l’ethnie zouloue, autodidacte, il est une figure de la lutte anti-apartheid, ayant été emprisonné durant dix ans à Robben Island, au large du Cap. Membre de l’aile gauche du Congrès national africain (ANC), il est vice-président de la République de 1999 à 2005 et accède à la tête de l’ANC en 2007.

En 2009, après la victoire de l’ANC aux élections législatives, il est élu président de la République par le Parlement. Il succède au président intérimaire, Kgalema Motlanthe, qui devient vice-président de la République. Jacob Zuma et l’ANC remportent les élections législatives de 2014 dans un contexte social, politique et économique délicat, ce qui lui permet d’être réélu chef de l’État par l’Assemblée nationale.

Il est régulièrement au centre de polémiques et menacé de motions de défiance en raison d’accusations d’agressions sexuelles, de scandales de corruption et de dégradation de la situation économique du pays. Il quitte la présidence de l’ANC fin 2017. Impopulaire et menacé de destitution par son parti, il démissionne de la présidence de la République en 2018.

L’ex-président Ougandais, Idi Amin Dada

Idi Amin Dada Oumee, né Idi Awo-Ongo Angoo à Koboko entre 1923 et 1925 et mort à Djeddah le 16 août 2003, est un militaire et homme d’État ougandais, exerçant le pouvoir entre le 25 janvier 1971 et le 11 avril 1979. Il a laissé l’image d’un dictateur fou, violent et sanguinaire.

Le feu président du Togo, Eyadema Gnassingbe

Étienne Eyadéma Gnassingbé, dit Gnassingbé Eyadema, né le 26 décembre 1935 à Pya (Togo) et mort le 5 février 2005 à bord de l’avion présidentiel qui l’évacuait pour des soins vers la France1, était un militaire (soldat) et homme politique togolais. Il a occupé durant 38 ans, de 1967 à sa mort, le poste de président de la République togolaise et était de facto un dictateur. En 1999, avec le décès du roi Hassan II du Maroc, il devient le doyen des chefs d’État en Afrique.

Samuel Kanyon Doe du Liberia

Samuel K. Doe became Head of State after leading the April 12, 1980 coup d’etat in Monrovia against William Tolbert. (Photo by William Campbell/Sygma via Getty Images)

Samuel Kanyon Doe (né le 6 mai 1951, mort assassiné le 9 septembre 1990) était un militaire et un homme d’État libérien. Il met fin au régime à parti unique du True Whig qui confisquait le pouvoir au profit exclusif des colons afro-américains et de leurs descendants. Samuel Doe est ainsi le premier autochtone à devenir président de la République du Liberia depuis la fondation du Libéria en 1822.

Le feu président Tchadien, Noël Milarew Odingar

Noël Milarew Odingar est un homme politique tchadien, né en 1932 à Dowalé-Béboto dans la région du Logone Oriental et mort le 4 mai 2007. Chef d’état-major de l’armée nationale tchadienne, il joue un rôle majeur lors du coup d’État qui renverse le président François Tombalbaye le 13 avril 1975. Il est chef de l’État par intérim pendant deux jours, jusqu’au 15 avril, date à laquelle le Conseil supérieur militaire choisit Félix Malloum pour lui succéder.

One thought on “Afrique: ces cinq présidents qui n’ont jamais mis pieds à l’école !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *