Sierra Léone: quand le viol devient une « urgence nationale »

Préoccupé par le nombre croissant de victimes d’agressions sexuelles, le gouvernement Sierra-Léonais statue sur les agressions sexuelles. Au terme d’une campagne menée par les activistes, le président Julius Maada Bio a déclaré que la lutte contre les violences sexuelles devenait une « urgence nationale ».

Dorénavant, une agression sur mineurs est passible d’une condamnation à perpétuité. Dans son discours, comme rapporté par Afrique Post News, il a reconnu le traumatisme et la douleur des victimes, aggravés par l’absence de justice à leur égard.

Pour se faire, des unités policières et magistrats spécialisés vont être assignés au suivi de ces cas spécifiques pour assurer un traitement judiciaire de qualité.

Un numéro vert sera également être mis en place pour permettre une écoute et un accompagnement des victimes.

En plus de ces mesures, tous les hôpitaux publics fourniront gratuitement des traitements médicaux et un certificat médical à toutes les victimes de viol et d’abus sexuels.

Selon les données de la Police, les cas de violence sont passés de 4800 en 2017 à plus de 8500 en 2018, pour une population de 7,5 millions d’habitants.

Le cas d’une petite fille de 5 ans violée un an plus tôt par un proche de la famille âgé de 28 ans a suscité la colère des activistes et ONGs dans le domaine. L’acte a été tellement violent que la victime a été atteinte à la colonne vertébrale. En fauteuil roulant depuis son agression, elle risque d’être paralysée à vie, rapporte notre source.

Pour les activistes, il n’est plus question de cultiver la « culture du viol ». Tout auteur sera traqué et condamné.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *