Côte d’Ivoire: « Le seul pays d’accueil que Blé Goudé demande, c’est la Côte d’Ivoire »

Après la libération assortie de condition restrictives la Cour Pénale Internationale, l’ancien ministre de la Jeunesse de la Côte d’ivoire sous l’ex-président Laurent Gbagbo, Charles Blé Goudé continue par espérer un retour dans son pays, la Côte d’ivoire.

Alors que l’ancien président ivoirien Laurent Gbagbo séjourne déjà en Belgique, l’attente reste encore longue pour son ancien ministre et coaccusé. Charles Blé Goudé n’a pour l’instant pas l’aval d’une capitale européenne pour l’accueillir sur son territoire de façon provisoire.

C’est dans cette impasse que ses proches continuent de monter au créneau pour relever un aspect qui semble-t-il tenait à cœur aux deux personnalités poursuivies par la CPI. L’entourage de Charles Blé Goudé met en avant la volonté de l’ancien ministre de la jeunesse, de rentrer dans son pays, la Côte d’Ivoire.

A en croire le Dr Saraka Patrice, le médecin spécial de l’ex-pensionnaire de la prison de Scheveningen,  Charles Blé Goudé n’est pas demandeur de pays d’accueil.

« Il n’est pas soumis à un régime de demande de liberté provisoire. Il faut plutôt dire que la CPI est à la recherche d’un pays d’accueil. Malheureusement pour elle (et non pour le ministre Charles Blé Goudé), les pays sollicités par le greffe, ne veulent pas se rendre complices des mesures impopulaires d’aménagement impertinemment imposées à un homme acquitté, blanchi, donc totalement libre », a écrit le Dr Saraka Patrice sur son réseau social.

Une position qui illustre clairement selon lui les désirs intimes de son proche, ceux de revoir sa terre natale, de retourner tranquillement en Côte d’Ivoire.

« Le seul pays d’accueil que Blé Goudé demande, c’est la Côte d’Ivoire, son pays natal, où les démocrates et les citoyens épris de justice s’organisent à le recevoir de façon triomphale », a-t-il précisé.

Mais une chose A l’en croire, Blé Goudé continue de jouir tranquillement et pleinement de sa liberté retrouvée, en mettant à profit ses journées pour recevoir amis et connaissances, parents et collaborateurs. Ceci, en attente de son retour au bercail.

Charles Blé Goudé, a été poursuivi devant la CPI au même titre que Gbagbo pour des crimes de guerre et crimes contre l’humanité lors des violences postes-électorales de la présidentielle de 2011. Acquittés le 15 janvier dernier, les deux personnalités doivent respecter un régime de restriction stricte en attendant l’épilogue de tout ce feuilleton qui intéresse également tout le continent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *