Fabrice Dabla: le sprinteur togolais aux grandes ambitions

Fabrice Dabla fait partie de ces jeunes étoiles qui rêvent de faire briller leurs origines un jour. Du Togo à la France où il est actuellement avec son club, le jeune sprinteur reste très ambitieux dans un domaine qui manque encore de visibilité sur le continent.

Fabrice débute l’athlétisme lorsqu’il est au lycée dans son pays natal, le Togo. C’est suite aux conseils d’un de ses professeurs, qui le remarque en cours, qu’il décide de continuer l’athlétisme et de s’inscrire dans un club. « Je ne m’entraînais pas quand mon coach m’a vu à l’école, c’était sur un exemple de saut en longueur et j’ai sauté sept mètres ! Je me souviens même de ses paroles « Mais toi tu viens d’où, tu sors d’où ?! », raconte Fabrice sur le site de son club.

Très vite, le jeune homme s’investit dans ses entraînements et voit ses chronos descendre sur le 100m et le 200m, qui sont alors ses disciplines phares. Il obtient d’ailleurs la Bourse de la Solidarité Olympique qui lui permet d’aller s’entraîner au Sénégal, dans le Centre International d’athlétisme de Dakar, puis de prendre la direction de la France. Il participe aux plus grands championnats en tant que représentant du Togo.  En 2016, il porte le flambeau de son pays aux Jeux Olympiques, à Rio.

C’est en octobre dernier, après avoir demandé sa mutation au club de Pithiviers, où il était licencié, que le jeune homme de 26 ans prend ses quartiers à Rouen. Il signe au Stade Sottevillais 76 suite aux conseils de ses amis du Centre Régional Jeunesse et Sports (CRJS) de Petit-Couronne déjà licenciés au club. Il intègre donc le groupe d’entraînement d’Amadou M’BAYE et affiche déjà un début de saison prometteur avec un record personnel sur le 60m de 6’’79 réalisé au Meeting Elite en salle de Nantes.

« Au lycée, mon professeur de sport m’a dit que si je voulais je pouvais devenir un champion un jour ! Et voilà, je me suis lancé dedans ! C’est lui qui m’amenait tout le temps au stade et il m’aidait financièrement et tout ! Je voyais aussi les vidéos de Usain BOLT, je me disais « on est du même gabarit alors pourquoi pas moi !… Bah … j’ai déjà couru avec Usain BOLT, j’ai déjà couru avec Yohan BLAKE, bon pas GATLIN mais on s’est déjà vu donc là maintenant … ».

S’il s’évertue actuellement pour monter en régime, l’homme reste déterminé à trouver du travail pour mieux se stabiliser en France. Devenir coach ne serait pas mal comme idée. D’ailleurs depuis la rentrée le jeune togolais s’est également engagé en tant qu’animateur pour l’école d’athlétisme. Il n’oublie pas également le domaine du bâtiment et du génie civil dans lequel il a fait ses études.

60m, 100m, 200m et 4x100m, sont les quatre distances sur lesquelles le Togolais s’exerce.

« Là je m’entraîne 5 fois par semaine, d’habitude je m’entraîne 6 fois mais ça dépend de ce que j’envisage et puis ce qu’il y a devant moi, les compétitions de prévues, le planning … Mon objectif c’est de réaliser les minima des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 et les Championnats du Monde de Doha en 2019. Au niveau des chronos pour le 100m j’envisage carrément 10’’10 et au 200m courir en moins de 20’’40 quand même parce que là je suis en 20’’98. Alors il faut encore du travail mais bon ça descendra ! ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *