Présidentielle au Nigeria: quand un meeting de Buhari fait 14 morts

Alors que l’on s’appète à assister à un duel des dinosaures, la campagne en vue des élections générales du 16 février prochain au Nigeria vient d’être endeuillée par le décès de 14 personnes et plusieurs autres blessés. La mort de ces partisans de Buhari dont
plusieurs membres du Congrès des progressistes (APC), est intervenue mardi au cours d’une violente bousculade déclenchée à la fin du meeting du président sortant dans le sud-est du Nigeria, alors qu’une partie de la foule a voulu sortir précipitamment par une sortie du stade.

Ce bilan qui reste provisoire, est communiqué par le chargé de communication du centre hospitalier universitaire de Port-Harcourt, Kem Daniel-Elebiga.

Profondément « attristé » par ce drame, Buhari a déploré des pertes en vies humaines « inutiles ».

Un journaliste du journal Vanguard présent sur les lieux de la bousculade, Egufe Yafugborhi, rapporte Jeune Afrique, a affirmé que « ceux de derrière poussaient et mettaient la pression sur ceux de devant, faisant tomber plusieurs personnes au sol qui ont été piétinées ». 

Plus de 84 millions d’électeurs nigérians se rendront aux urnes pour élire leur président. Au total, 72 candidats sont en lice pour la magistrature suprême.

Mais selon RFI, la véritable bataille pour Aso Rock se joue entre les candidats des deux principaux partis : le président sortant Muhammadu Buhari pour le All Progressive’s Congress (APC) et Atiku Abubakar, candidat du parti d’opposition, le People’s Democratic Party (PDP).

Un scrutin qui s’annonce très serré entre deux vieux routiers de la politique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *