Nigeria: report in extremis des élections, un coût supplémentaire pour les partis politiques

Le report des élections générales au Nigeria fait des mécontents. Un report qui intervient à la veille du scrutin et qui se tiendra finalement le 23 février prochain. Dans la foulée, les 91 formations politiques engagées dans la course, se retrouvent avec des dépenses supplémentaires. Car il leur faut de nouveau, mobiliser leurs agents sur le terrain.

Pour suivre le processus électoral, souligne RFI, chaque parti politique nigérian a désigné plusieurs mandataires, chargés d’être présents dans les bureaux de vote. Ces agents ont pour rôle de recueillir les résultats et de signer les procès-verbaux.

A noter au passage que le président de la Commission électorale a précisé qu’aucun dédommagement ne serait possible envers les partis politiques.

Selon l’importance du parti, renseigne la même source, « un mandataire peut être payé entre 5 000 et 10 000 nairas [12 et 24 euros] pour la journée de vote ».

« Cette somme varie en fonction de la région et des difficultés rencontrées sur place, telles que la sécurité ou la mobilité », ajoute cette source.

Au Parti démocratique populaire (PDP), près de 50 000 mandataires ont été mobilisés ce 16 février sur l’ensemble du territoire.

« Les mandataires ont eux-mêmes financé leur déplacement et sont aussitôt rentrés dans leur ville d’origine », relativise Kola Ologbondiyan, le porte-parole du PDP.

« Nos dépenses ont été considérables et il faut encore payer les mandataires pour les remobiliser samedi prochain [le 23 février] », soupire un candidat à la Chambre des représentants.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *