Togo/Bawara sur le CFA: « les plus importantes économies africaines sont des pays disposant de leurs monnaies nationales »

Le débat sur le franc CFA prend de plus en plus d’ampleur. Au Togo, il risque de se transporter sur un plateau télé d’une part, et à la justice d’autre part entre l’économiste Kako Nubukpo et Kossi Tenou, directeur national de la BCEAO. Dans ce jeu de ping pong, le porte-parole du gouvernement, Gilbert Bawara sort de son silence pour donner sa position sur cette épineuse question. A l’en croire, ce débat, légitime semble être déplacé de son cadre.

Les débats et discussions sur le franc CFA sont légitimes et souhaitables mais, les termes et les paramètres d’un débat serein sont faussés par le climat d’hystérie qui se développe, sans que de vraies solutions sérieuses, viables et solides ne soient esquissées et proposées“, a partagé le ministre de la fonction publique sur son compte Twitter.

A l’en croire, les acteurs qui interviennent sur le sujet ne sont pas sérieux, donc mènent le débat de façon déplacée.

« Mais ne déplaçons pas les problèmes. Aucun économiste sérieux ne peut soutenir que la monnaie, a elle tout seule,  équivaut à la politique monétaire, et cette dernière n’est pas équivalente d’une politique économique encore moins d’une stratégie de croissance et de développement », a-t-il poursuivi.

Et d’ajouter: « Nos pays et leurs dirigeants réfléchissent et travaillent pour renforcer les espaces d’intégration, de croissance, de prospérité et de développement. Toutes les bonnes idées pour y contribuer et les aider sont les bienvenues. Mais cessons de nous distraire et de dissiper nos énergies sur de fausses bonnes idées ! ».

Toute fois, Bawara reconnait que « les plus importantes économies africaines sont des pays disposant de leurs monnaies nationales, notamment l’Afrique du sud, l’Egypte, le Nigeria, Algérie, Angola, … ».

En conclusion, il invite les uns et les autres à identifier et à traiter les véritables problèmes et défis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *