Algérie : les manœuvres d’un président malade qui veut mourir au pouvoir?


Des milliers d’Algériens ont marché dimanche soir dans les rues d’Alger pour dénoncer le cinquième mandant du président sortant Abdelaziz Bouteflika . Dans sa tentative de calmer la tension, le directeur de campagne du président-candidat a lu à la télévision nationale, une lettre dans laquelle Abdelaziz Bouteflika promet la tenue d’élections anticipées auxquelles il ne participera en cas de victoire.
«Je prends solennellement devant Dieu, et devant le peuple algérien» l’engagement d’organiser «une élection présidentielle anticipée» dont la date sera arrêtée par une «conférence nationale» mise en place après le scrutin.
«Je m’engage à ne pas être candidat à cette élection qui assurera ma succession dans des conditions incontestables de sérénité, de liberté et de transparence», ajoute M. Bouteflika.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *